Différences et parallèles entre les deux MV de « Black Swan »

Home / Actualités / Différences et parallèles entre les deux MV de « Black Swan »

Différences et parallèles entre les deux MV de « Black Swan »

Surprise ! Quand on croit tout savoir, BTS surprend. Pourquoi produire un MV quand on peut en présenter deux ? « Black Swan » prend son envol de Slovénie et de Corée.

 

Le très attendu MV de « Black Swan », titre du dernier album de BTS « Map of the Soul », dévoilait une compagnie slovène de danse moderne, la MN Dance Company. Sept danseurs. Une mélodie plus lancinante d’abord, plus orchestrale. Une chorégraphie agressive aussi bien qu’élaborée, gracieuse et fluide. Un des danseurs, torse nu. Le cygne. Six autres le portant, le pourchassant, le retenant, l’agressant. L’abattant ? 

Pas d’antagonisme dans le MV de BTS, révélé quelques semaines plus tard. Une première chorégraphie scénique dans des émissions de variété puis enfin le MV officiel. Ainsi chacun des membres traduit à sa façon l’agonie. Suga dos à son ombre capricieuse. Jin, face à ses reflets. Et bien sûr Jimin dans son solo final, au sommet de son art ? Mais si eux aussi sont sept, ils donnent l’impression d’être chacun une partie de ce cygne. Ils bougent d’un même mouvement. Un même souffle. Un seul corps.

 

Pourtant, les deux MV partagent une unité de lieu. Un centre commercial, une usine désaffectée pour la compagnie slovène et le Broadway Théâtre District de Los Angeles pour le groupe coréen. Le premier épuré et à l’abandon. Le second somptueux et baroque. Pourtant ils se rejoignent. On pourrait presque les superposer. Ils vont dans le même sens. Des mouvements ascendants et descendants matérialisés par des étages d’abord (le premier étage et le rez-de-chaussée pour l’usine, le passage menant sur les loges et la scène/fosse/salle pour le théâtre, chacun des lieux reliés pour un escalier, lieu de transition. La chorégraphie du film artistique et du MV fait écho aux hauts et bas des lieux. Tantôt vers l’élévation (le danseur torse nu battant des bras pour s’envoler, les ailes noires de Jimin) tantôt vers le bas. 

Mais encore, les jeux d’ombre et lumière se retrouvent dans chacun des supports vidéos. Les danseurs s’y cachent, s’y révèlent.

De plus, la symbolique de la cage/prison (de lasers pour MN Dance Company et le spotlight centré sur Jimin) est évoquée vers le solo de J-Hope. 

 

Tout bien considéré, différentes directions pour les deux MV mais force est de constater qu’ils vont dans le même sens.

Article écrit par #Sukoomin