Intro : O!RUL8,2?

Traduit de l’anglais (@doolsetbangtan) par #JJ
Notes (Genius.com) par #Eomma

Nothing lasts forever
You only live once
So live your life, not any other’s lives
Take chances and never regret, never
Never be late to do what you wanna do right now
Because at one point of someday
Everything you did
Would be exactly what you will be
Right?

아버지는 말하셨지 인생을 즐겨라
아버지께 여쭤보고파 당신은 인생을 즐겼나
왜 당연한 게 당연하지 않게 됐고
당연하지 않은 게 당연하게 됐어
왜 나의 인생에서 나는 없고
그저 남의 인생들을 살게 됐어
이건 진짜야 도박도 게임도 아냐
딱 한번뿐인 인생
넌 대체 누굴 위해 사냐
9살 아니면 10살 때쯤 내 심장은 멈췄지
가슴에 손을 얹고
말해봐 내 꿈은 뭐였지?
어 진짜 뭐였지

Rien ne dure éternellement
On ne vit qu’une fois
Alors vis ta vie, pas celle d’un autre
Saisis ta chance et ne regrette jamais, jamais
Ne sois jamais en retard pour faire ce que tu as envie de faire maintenant
Parce qu’un jour
Tout ce que tu auras fait
Fera de toi exactement ce que tu seras
N’est-ce pas ?

Mon père m’a dit de profiter de la vie
Je veux lui demander s’il a profité de la sienne
Pourquoi le bien est devenu mal
Et le mal est devenu bien
Pourquoi je ne vis pas ma vie
Mais celle de quelqu’un d’autre ?
C’est réel, ce n’est ni un pari ni un jeu
On n’a qu’une vie
Pour qui vis-tu ?
Mon coeur s’est arrêté quand j’avais neuf ou dix ans (1)
Mettant ma main sur mon coeur
Je me demande quel était mon rêve
Ce qu’il était vraiment

Notes :

(1) « Mon coeur s’est arrêté quand j’avais neuf ou dix ans » :

 Lors de la 73ème Assemblée Générale des Nations Unies, qui s’est tenue le 24 septembre 2018, RM, entouré par les autres membres du groupe, s’est exprimé dans le cadre du lancement de la campagne UNICEF « Generation Unlimited ». Dans son discours, il fait référence à cet extrait de Intro : O!RUL8,2 ? :

 « Dans l’intro de l’un de nos premiers albums, il y a une phrase qui dit “Mon coeur s’est arrêté quand j’avais peut-être neuf ou dix ans”. En y repensant, je pense que c’est à ce moment-là que j’ai commencé à m’inquiéter de ce que les autres pouvaient penser de moi, et que j’ai commencé à me voir à travers leurs yeux. J’ai arrêté de regarder le ciel nocturne et les étoiles. J’ai arrêté de rêvasser. Au lieu de ça, je me suis adapté au moule que les autres avaient créé. Assez vite, j’ai fait taire ma propre voix et j’ai commencé à écouter celle des autres. Personne ne m’appelait par mon nom, et je ne le faisais pas non plus. Mon coeur s’est arrêté et mes yeux se sont clos. Et c’est ainsi que j’ai, nous avons, tous perdu nos noms. Nous sommes devenus comme des fantômes. »