BTS: Comment le plus grand Boys Band du monde reste radicalement coréen

Article écrit par Noah Yoo et publié sur Pitchfork le 09/10/18. Traduction #Liviah

En 2015, One Direction a annoncé une pause de 18 mois. Quand elle s’est transformée en années, ils ont officiellement renoncé à leur titre de plus grand boys band dans le monde. Depuis, les sept rafraîchissants sud-coréens de BTS sont rapidement montés sur ce trône, devenant les premiers coréens à avoir un album n°1 aux Etats-Unis et remplissant des arènes à travers le monde.

En observant autour de moi durant le concert de BTS du 6 octobre au stade de City Field à New York, le dernier arrêt Etats-Unien de leur tournée Love Yourself et leur premier spectacle dans un stade américain, je n’étais pas surpris de voir l’une des foules les plus diverses de ma vie, en terme d’origine ethnique et d’âge. A ce jour, il est bien établi que la langue et les barrières culturelles n’ont aucun rapport avec la popularité de la K-pop; de la même manière que les artistes Occidentaux ont été accueillis avec amour à l’étranger, BTS a été adopté par le grand public américain. Quand le groupe est monté sur scène et a débuté par son dernier single Idol, les cris perçants m’ont fait me demander si je n’étais pas en train d’assister à la version des Beatles au Shea Stadium de ma génération. Ce qui (les) rend remarquable(s), est que BTS a gardé un sens particulier de leur identité coréenne, une culture qui, à l’opposé des groupes de l’Invasion Britannique, ne partage pas une langue ou des traditions musicales euro-centrées avec le public américain.

BTS souhaite un Joyeux Chuseok à leurs fans

Au sein de leur son pop qui englobe tous les genres, BTS continue à faire de la place pour des éléments traditionnels coréens dans leurs chansons. Que ce soit dans sa version originale ou son remix avec Nicki Minaj, Idol comporte un adlib (ndlt: improvisation) venant directement du Pansori, un genre traditionnel coréen de narration lyrique: “얼쑤!”/“Ulssu!”, qu’on peut traduire grossièrement par “oh oui!”. De plus, dans la conclusion de la chanson, les membres imitent vocalement les sons du janggu coréen: des tambours au son creux en forme de sablier qui datent du XIème siècle. Ces allusions ont été très populaires avec les coréens, mais il était difficile à cerner pour moi combien de fans américains pourraient être connectés à ces éléments en situation d’un direct. Il s’avère que des milliers de personnes peuvent crier des onomatopées en suivant des rythmes qui existent depuis des millénaires sans aucune incitation, aussi longtemps qu’elles sont cachées dans une chanson pop. En tant que coréen d’origine, ceci fut assez surréel à voir et à entendre au milieu d’une foule de 40 000 personnes.

BTS au concert de City Field le 6 octobre 2018

Au cours du spectacle de Samedi, BTS se sont attaqués aux ruptures percussions et basse de I’m Fine, au neo-soul sucré Singularity, à la synth-pop dynamique de Trivia 轉: Seesaw et de nombreux autres rythmes envoûtants. Chaque membre (RM, Suga, Jungkook, Jimin, V, J-Hope et Jin) ont eu la possibilité d’interpréter une chanson en solo, de coupures rap à des ballades délicates. Ceci est l’état de la K-pop moderne: une réinterprétation toujours en évolution du rap d’Occident, du R&B, et de l’électronique à travers la loupe de l’expérience coréenne.

Ce style de genre d’agnosticisme ressemble à l’achèvement d’un cycle complet du chemin mis en place par le trio fondateur Seo Taiji and Boys, dont la performance télévisée de 1992 de leur titre révolutionnaire Nan Arayo (I Know) est largement créditée comme l’introduction du rap au peuple coréen. Un morceau New Jack Swing avec des guitares sifflantes et déformées et un refrain déprimant, Nan Arayo a donné naissance sans aucun doute à toute la K-pop. Mais juste aussi fondamentalement, Seo taiji and Boys a établi un précédent pour l’art politique dans la relativement conservatrice Corée du Sud. Leurs chansons, comme la très inspirée par Cypress Hill Come Back Home et le nu-métal succès Kyoshil Idea, qui parfois ciblait le gouvernement et exprimait le dégoût pour la pression sociétale à exceller académiquement.

En suivant les pas de Seo Taiji and Boys d’une autre manière, BTS ont été discrètement politiques dans leur messages pendant des années. Dans Dope et Silver Spoon, ils expriment le stress économique et social placé sur leur génération, dénonçant les baby boomers sud-coréens qui portent des jugements sur les millennials. Lors de la performance à Citi Field, ces chansons faisaient partie d’un medley de leurs oeuvres plus anciennes, mais les fans ont chanté les mots en coréen aussi énergiquement qu’ils l’ont fait pour leurs grands hits. A un moment dans le spectacle, les membres de BTS ont dit qu’ils n’avaient jamais pensé qu’ils se retrouveraient ici. Pour la première fois, la K-pop a conquis l’Amérique selon ses propres termes, et non avec une originalité comme Gangnam Style.

Lors d’un récent discours aux Nations-Unis, (le premier par un artiste de K-pop), le leader de BTS RM a dit Peu importe qui tu es, d’où tu viens, la couleur de ta peau ou ton genre, exprime-toi. Trouve ton nom et trouve ta voix en t’exprimant” – un sentiment auquel il a fait écho sur scène durant la tournée. Peut-être en Amérique cela semble comme une déclaration passe-partout, mais en Corée du Sud, où même le président libéral actuel (et fan de BTS) Moon Jae-in s’est publiquement opposé à l’homosexualité, la déclaration de RM est un geste audacieux de soutien et une fenêtre dans l’attrait international démesuré du groupe. En dépit de la barrière de la langue, ce qui se traduit est l’engagement de BTS à servir de porte-parole pour une génération mondiale qui est mécontente, qui attend plus de leurs gouvernements, qui veut vieillir dans un monde meilleur.

Seo Taiji, maintenant âgé de 46 ans et considéré un géant culturel en Corée du Sud, a passé le flambeau lorsqu’il a invité BTS à se produire avec lui pour le concert de ses 25 ans de carrière à Séoul l’année dernière. “Grand frère, nous prenons les choses au sérieux.” lui a dit Jimin de BTS sur scène. Ce à quoi Seo a répondu: “C’est votre moment maintenant. Voyons ce que vous pouvez faire.”