Hip-hop et ses complications dans BTS "American Hustle Life"

Article Criticalkpop du 18.08.2014. Traduction anglais vers français par #JJ

Au cours de l’année dernière, les fans de k-pop ont vu surgir le succès du groupe Bulletproof Boy Scouts – alias Bangtan Boys, alias (et raison de cet article) BTS. Peu de groupes de rookies de 2013 peuvent se comparer au niveau de succès critique et populaire que BTS a atteint en si peu de temps. Mais qu’est-ce qui fait de BTS un tel raz-de-marée sur la scène K-pop? Considérons leur positionnement, quelque part entre l’intérêt commercial mainstream qui dirige la k-pop et ces images et ces concepts rebelles qui vont à son encontre. Identifié comme l’un des meilleurs groupe à émerger de cette industrie dans l’histoire récente, BTS est un mélange rafraîchissant de hip-hop et de styles de la k-pop contemporaine. Cependant, BTS est aussi idéalement placé pour soulever les questions de la légitimité de la k-pop comme agent culturel et non comme un divertissement sans intérêt.

[Une discussion cruciale doit se tenir dans le contexte de la soit-disant appropriation de la culture hip-hop par la k-pop, que cela soit raciste ou non, et comment cela impose certain stéréotypes sur certaines personnes. Dans cet article en particulier, je veux offrir ma propre perspective à ce débat qui a lieu depuis longtemps. J’ai choisi un argument encore plus controversé en ce que je crois que l’ajout de la culture hip-hop à la k-pop est bénéfique même si les méthode pour le faire sont encore naïves. Je discuterai de ces raisons ci-après.]

L’émission BTS « American Hustle Life »

Presque tout les groupes de k-pop doivent participer à une émission de variété. L’émission de BTS est appelée American Hustle Life. le principe est que BTS vive à Skid Row, LA pour deux semaines sous la direction de plusieurs producteurs et le seul et l’unique Coolio afin de les éduquer sur le style de vie hip-hop.

Par exemple :

-situations où « les noirs font peur » et les membres sont effrayés par eux parce qu’ils sont vraiment « hip-hop »

-vivre dans un quartier ghettoïsé

-producteurs et éditeurs considérant le hip-hop comme un style/une tendance/des vêtements/des chaussures/et d’autres comportements matérialistes et insistant sur des « leçons swag » plutôt que sur les racines politiques du hip-hop

Mais si certains ont décrié le programme ( et par extension le groupe lui-même) comme une appropriation culturelle des attitudes et styles de vie, American Hustle Life est une étape positive pour la culture k-pop.

BTS American Hustle Life

 

Le hip-hop et sa place dans la k-pop

Je ne me lancerai pas dans l’histoire du hip-hop parce que cela a été couvert de nombreuses fois par des sources très détaillés. Pour beaucoup, le hip-hop peut-être résumé très simplement à la musique d’un mouvement politique encourageant les populations oppressées à faire prendre conscience de leurs environnements injustes. Non, bien sûr, les difficultés de la jeunesse coréenne ne peut-être comparée à ceux qui ont vécu pendant la culture « ghetto » des années 80, qui ont souffert des épidémies de drogue, la corruption politique et les dissolutions majeures du gouvernement. Mais l’inverse est également vrai. Nous ne pouvons pas et nous ne pouvons même pas envisager de comprendre les difficultés des autres à moins qu’ils les partagent avec nous de leur point de vue unique. La Corée est particulièrement vulnérable en raison de leurs trente dernières années d’isolation politique stricte. En refusant historiquement d’ouvrire leurs portes au produits culturels internationaux, la nation n’a compté que sur elle-même pour développer des normes et idéaux sociétaux.

Il ne fait aucun doute que la k-pop a un problème d’appropriation, c’est vrai. (ON se rappelle du terriblement insensible « YaYaYa » de T-Ara). J’hésite à dire que toute la Corée du Sud a ce problème parce que la seule expérience que j’ai vient d’un point de vue externe. J’admets que mes centres d’intérêts tournent autour de la k-pop et de la politique, ce qui finit souvent par se chevaucher. Mais là où je veux en venir, c’est que nous ne pouvons faire de suppositions sur la façon dont la culture coréenne évolue sans en être un acteur direct. Et cela est vrai pour ce qui créent la k-pop et ceux qui y sont liés. Oui, les médias coréens sont connus pour les « blackface » et leur insensibilité, et, non, je n’excuse pas ces actes. Je dis que la culture coréenne manque du même contexte historique et politique que l’Amérique du Nord en terme de relations raciales. Ceci limite leur capacité à juger ce qui est approprié quand ils n’ont rien sur lequel fonder leur jugement. Alors que certains (pas tous) aspects de la culture hip-hop présentent un aspect bling, des bagues et des filles, une culture qui ne serait pas familière avec cette compréhension aura du mal à interpréter ces images différemment. Ils n’ont pas les mêmes outils et compréhensions pour décoder ces symboles. Ils sont voués à mal les interpréter.

Par exemple, dans les émissions de variété, les idoles se voient souvent demander de démontrer un talent spécial. Malheureusement, c’est souvent « parler noir ». Les connotations sont forcément négatives. Parler noir fait référence à parler d’une façon qui ressemble l’anglais vernaculaire Africain-Américain (AAVE). Pour parler simplement, cette phrase fait référence à la façon dont les gens du « ghetto noir » parlent. Ce dialect n’est pas limité aux noirs américains, ou à d’autre groupes ethniques. Mais à travers des stéréotypes injustifiés, il en est venu à s’appliquer originellement aux artistes hip-hop. « Parler noir » est peut-être aussi un manque de compréhension de la façon dont on aborde le dialogue sur la sensibilité culturelle. Par le manque de dialogue spécifique pour évoquer ces problèmes, ils en reviennent aux stéréotypes. Nous voyons cela de façon très évidente quand, pendant le deuxième épisode d’AHL, Coolio punit l’un des membres parce qu’il a lancé un « turn up » sans en connaître les connotations.

 

L’intérêt de l’émission BTS « American Hustle Life »

C’est exactement ce qui rend American Hustle Life si intéressant. BTS, connu et rendu populaire par leur volonté d’être plus honnêtement hip-hop ont adopté certains traits de cette mentalité. La k-pop n’est pas étrangère au look de bad boy. Il y a eu une multitude de groupes qui ont adopté un style hip-hop à la fois visuellement et musicalement. Des groupes tels que B.A.P, Block B, 2NE1 et M.I.B ont tous intégré des aspects du hip-hop dans l’essence de leur groupe. Cependant, BTS a prouvé être un concurrent unique dans cet compétition. Quand Big Hit a fait débuter BTS, ils l’ont décidément fait d’une façon inattendue. Au lieu de présenter une image de « mauvais garçon avec coeur tendre plein d’amour », ils ont tiré à balles réelles. No More Dream, le titre des débuts de BTS proposait des paroles telles que :

« les adultes et mes parents continuent à m’imposer des rêves limités […]

Rebelle-toi contre cette société infernale, les rêves sont un pardon spécial”

Ce que nous voyons est un défi directe aux valeurs strictes et traditionnelles de la culture sud-coréenne, et particulièrement celle du système éducatif. BTS appelle leurs auditeurs à faire attention et à décider de leurs propres voies. C’est une attitude extraordinairement courageuse pour leur compagnie mère qui doit équilibrer l’intérêt commercial et la liberté artistique. (Le débat entre hip-hop/rap et intérêts mainstreams a été documenté par plusieurs autres sources et n’est pas strictement limité à la musique pop coréenne. Il s’agit d’un débat universel et intemporel). Oui, BTS porte des chaînes et des casquettes à l’envers, et des maillots sportifs, qui sont des symboles du hip-hop. Mais je ne vois pas ça comme une menace ou un groupe essayant d’imposer sa domination sur les culture hip-hop. Ils plaisent au marché grand public tout en utilisant ces symboles pour faire passer un message.

Il y a un aspect de la musique de BTS qui va au delà « des filles, des rendez-vous et des premières amours » et pour cette raison ils s’essayent à une tentative plus politique du hip-hop. Cela ne veut pas dire que le « vrai » hip-hop n’intègre pas ces thèmes. Le genre rap et hip-hop en lui-même comprend des douzaines de styles variés et autant d’objectifs. Il est donc inapproprié de revendiquer que le « vrai », « l’authentique » hip-hop est limité à des hymnes de protestation politiquement orientés.

BTS septembre 2014

 

En conclusion

Nous devons nous rappeler que la K-pop est une petite part de la culture sud-coréenne. Ce qui est populaire dans la musique populaire peut ne pas s’appliquer à un public plus large. Et c’est bien aussi. le Hip-hop américain est une part de la culture populaire mais n’est pas la culture en entier. Il y a un aspect d’échange de la musique qui fait qu’elle est influencée par tout le reste, et la culture se nourrit des styles. La K-pop pour la plus grande partie, est toujours considérée comme fabriquée, un marché « acidulé » pour une jeunesse aux revenus disponibles. Elle est peut-être sur le point de devenir un genre légitime, mais ce n’est ni le moment ni le lieu pour ce débat.

Ce qu’il faut retenir de cette discussion, c’est à quel point les participants sont prêts à être éduqués et éclairés en matière de racisme et sur leur (éventuels) fautes en tant qu’artistes hip-hop? Suga, Rap Monster et Jin* se sont fait les dents dans le monde du rap underground avant de rejoindre Big Hit et de former BTS. Alors que les idoles rappeurs sont fabriqués comme un élément afin d’occuper une place (le membre d’un groupe de k-pop qui ne sait pas chanter), une plus grande légitimité est donnée aux rappeurs qui ont de l’expérience en matière de culture, musique et genres underground. Ainsi, ils sont plus à même de comprendre ce dont ils parlent. Décrire tous les rappeurs de k-pop comme des ignorants est inapproprié. Prendre le temps d’apprendre la culture hip-hop auprès des membres de cette communauté est sain et une leçon d’humilité. Les rappeurs de BTS sont mis en situation d’absorber ce qui leur est enseigné et de prendre à coeur un style de vie plutôt que se contenter de la musique.

BTS pourrait être le début d’une deuxième génération d’idole, une nouvelle conscience de ce qui constitue le populaire et l’underground. Mais ce débat fait rage depuis toujours et continuera sans doute ainsi. BTS a explosé sur scène avec un regard critique posé sur les politiques culturelles coréennes. C’est un pas dans la bonne direction en parallèle des racines du hip-hop. Nous pouvons simplement espérer qu’ils grandissent, tout en continuant à améliorer leurs paroles et à guider l’évolution de la K-pop.

* l’auteur a fait une erreur dans son article, il voulait certainement parler de J-Hope et non de Jin