SUGA de BTS revient sur sa nouvelle mixtape solo D-2 sortie sous son alias Agust D

Article du TIME par Raisa BRUNER le 22 mai 2020 sur la sortie de D-2 / traduction eng > fr : #JJ pour @ARMYFRANCE_

agust d, la mixtape d-2

Au cours des quatre dernières années, beaucoup de choses ont changé pour la star sud-coréenne Min Yoongi, connu par des millions de fans comme l’idole Suga du groupe de k-pop BTS, et pour les amateurs de sa carrière de rappeur comme l’artiste Agust D. En 2016, BTS progressait vers la célébrité, un tout jeune septuor dans l’univers de la k-pop, qui venait tout juste de commencer à sortir les projets qui battaient des records pour lesquels ils sont désormais connus. C’est aussi cette année que MIN a sorti sa première mixtape solo : Agust D. Cet un ensemble de titres étonnamment crus et honnêtes qui le voyait affronter les démons de sa santé mentale et embrasser son arrogance de rappeur sur des beats de hip-hop bruts.

Quatre ans plus tard, il recommence – cette fois en sortant par surprise sa seconde mixtape solo, D-2, le 22 mai après des teasers partagés sur les réseaux sociaux. C’est un temps étrange pour le monde et l’industrie de la k-pop. Les interprètes du monde entier n’en sont pas exclus : en ce moment, BTS devrait être au milieu d’un tour d’honneur mondial, amassant les récompenses de leur sortie de février, Map of The Soul : 7. Par exemple, ce week-end aurait marqué leurs performances au MetLife Stadium dans le New Jersey. A la place, Suga et les six membres de son groupe sont coincés dans un seul endroit, comme beaucoup d’entre nous – pour peut-être le moment le plus long de leur carrière jusqu’à présent.

Le Time a pris contact avec Suga avant la sortie de D-2 pour discuter des thèmes complexes et des inspirations de sa nouvelle œuvre, des paroles introspectives de «Moonlight » à l’œil critique de « Strange », à laquelle a participé RM. Ses réponses, traduites de l’anglais ici, offrent un aperçu d’un artiste qui a toujours été très conscient de sa présence sur la scène publique et réticent à trop s’expliquer, préférant laisser son travail parler pour lui. « Ce qui est bon est bon », le leitmotiv confié au Time, est une éthique qui a souvent dirigé sa persona, une star, humble et conciliante, avec beaucoup à dire pour peu que vous preniez le temps de l’écouter attentivement.

Il n’est pas le seul membre de BTS à sortir des projets solos : RM et J-Hope ont aussi partagé leur travaux indépendants. Mais il est le seul à adopter un alter-ego quand il est seul. « Je peux montrer un côté plus brut de moi-même », explique-t-il à propos de sa persona Agust D. Et pour ses objectifs : «  c’est plus que j’ai essayé de créer la musique que je voulais faire plutôt que de me fixer à essayer de faire quelque chose de nouveau. » Même avant la sortie de D-2, les fans ont fait en sorte que son projet soit mis en tendance sur les réseaux sociaux. C’est l’histoire de BTS, et Agust D – aussi discret qu’il soit – est inévitablement emporté avec.

TIME : Ça fait maintenant sept ans que vous faites partie de BTS et votre dernière mixtape solo est sortie en 2016. Le temps, le changement, la croissance viennent à l’esprit pour cette mixtape, particulièrement sur le premier morceau « Moonlight ». Quand vous repensez à ces dernières années, qu’est-ce qui a changé pour vous ?

MIN  : Ma vie est la même. Mes façons de travailler et mes routines quotidiennes n’ont pas beaucoup changé. Peut-être ma position dans l’industrie de la musique ? D’un point de vue de musicien, un des changements pourrait être que je touche un revenu plutôt décent avec les albums de BTS ou d’autres œuvres extérieures. Personnellement, je suis devenu plus mûr par rapport à 2016.

Des titres comme « Daechwita » comprennent des traditions coréennes tant dans les paroles que dans la forme musicale, utilisant le récit pansori et les percussions Kkwaenggwari. Pourquoi est-ce important pour vous de continuer à inclure des influences musicales coréennes dans votre musique ?

J’avais déjà le thème de « Daechwita » à l’esprit quand j’ai commencé à travailler sur ce titre, alors j’ai samplé le son d’un vrai « Daechwita ». Ma première idée était que je voulais sampler une musique qui était jouée pendant la cérémonie de la marche du Roi, alors naturellement, les éléments coréens sont devenus une composante essentielle du titre mais aussi du clip vidéo.

Vous avez collaboré avec un large panel d’artistes cette année, en apparaissant sur l’album d’Halsey, en sortant un nouveau single avec IU et maintenant en intégrant des voix telles que celles de MAX, NiiHWa, Kim Jong-Wan et RM pour votre propre projet. Qu’est-ce qui fait qu’une collaboration est un succès pour vous ?

Je suis reconnaissant que tout le monde ait eu des compliments à faire sur ma musique, particulièrement Kim Jong-Wan de NELL qui m’a dit qu’il avait aimé écouter ma première mixtape de 2016. Ma philosophie de travail est « ce qui est bon est bon », alors je pense que je suis plutôt bon à m’adapter aux standards de chacun.

Quelle est la différence entre Agust D le rappeur solo et Suga le membre de BTS ? Qu’est-ce qui ne change pas ?

La différence est qu’il y a beaucoup plus de choses que je peux ouvertement exprimer et que je peux montrer un côté plus brut de moi-même [avec Agust D]. Ce qui est similaire est que les deux chantent les rêves et l’espoir.

Dans « Strange », vous exprimez vos inquiétudes à propos de certains aspects de la société, et la solitude qui peut venir d’une différence d’opinions. Pensez-vous qu’il est important pour les figures publiques comme vous de défier les normes et de soulever des questions sur notre façon de vivre ?

Je pose juste le point d’interrogation ; c’est à chaque individu de décider. A mon avis, il est souvent mieux pour ceux qui ont une influence sur les autres d’être prudents dans leur façon de s’exprimer avec force leur point de vue partisan.

Trap, hip-hop, rock, pop et RnB, sont tous présents dans votre mixtape, souvent dans les mêmes titres. Le mélange des genres est une signature de BTS, et était également présent sur votre première mixtape. Il est aussi devenu normal à travers le paysage mondial de la pop. En tant que producteur, comment avez-vous essayé d’innover ou d’essayer quelque chose de nouveau sur cette mixtape ?

C’est plus que j’ai essayé de créer la musique que je voulais faire plutôt que de me fixer à essayer de faire quelque chose de nouveau. Je ne suis pas trop difficile en matière de genre ou de mélanges entre eux. Ce qui est bon est bon, et c’est à l’auditeur de décider. Je fais juste ce que j’ai envie de faire.

Y-a-t-il quelque chose d’autre que vous aimeriez que les auditeurs sachent à propos de ce projet, votre expérience à créer, et comment vous gérez les changements inattendus de ce printemps ?

Il est bon de savoir que ça va bien se passer quand les choses vont dans une direction inattendue, parce qu’on peut tout recommencer à nouveau. Restez calme, choisissez la meilleure option et avancez.

agust d, la mixtape d-2