Interview Jimin - Rolling Stone

Article écrit par Brian Hiatt, publié dans le Rolling Stone, le 15 mai 2021. Traduction par #Coco

Le perfectionnisme de Jimin, son manque des ARMYs,
son amour pour la danse, et l’avenir de BTS

❝  Nous disons aux gens de sincèrement s’aimer. ❞, dit Jimin. ❝  Cette année j’ai commencé à me dire aussi ce genre de choses ❞

Jimin de BTS se décrit lui-même comme « introverti » ; cela peut sembler surprenant pour tous ceux qui ont vu sa danse extraordinairement expressive, ou le moment où il se penche en arrière et réussit à atteindre sa note aigüe dans « Magic Shop ». Durant la seconde session d’interviews pour le Rolling Stone de chacun des sept membres de BTS, Jimin a pu mesurer l’étendue de son côté perfectionniste, décrire son expérience de cette année de pandémie, expliquer son amour pour la danse, et bien plus encore. Il nous a fourni de longues réponses réfléchies depuis un studio des bureaux du Label à Séoul, habillé d’un manteau noir d’hiver à fermeture éclair avec une capuche blanche en fausse fourrure, d’un large bob noir, et d’un masque blanc pour protéger son traducteur

Certains fans pensent que vous êtes peut-être en train de travailler sur une mixtape. Est-ce vrai ? 

Pour être honnête, il n’y a vraiment rien qui est prêt ou préparé. J’essaye de nouvelles choses et je me lance de nouveaux défis. Mais il n’y a rien de concret ou de prêt à sortir.

Qu’avez-vous appris sur vous-même l’année dernière, durant ce temps passé hors des routes? 

J’ai pris conscience que nous disons aux gens de sincèrement s’aimer et d’être plus forts. Cette année, j’ai commencé à me dire aussi ce genre de choses, et à me convaincre que c’est aussi quelque chose que j’ai besoin de garder à l’esprit. J’ai aussi réalisé qu’il y avait des moments où j’étais trop anxieux avec les gens autour de moi. Et j’ai pensé que je devais revenir à qui j’étais avant. Réaligner mes chakras pour ainsi dire, afin de redevenir la personne que j’étais, surtout lorsqu’il s’agissait de la façon dont je traitais les gens autour de moi et dont je me traitais moi-même. À présent, je vois les gens réagir positivement même pour de petits changements encourageants. 

Pendant sept ans environ, vous avez les ARMYs pour vous acclamer. L’année précédente, à cause de la pandémie, vous avez dû faire face au silence. Comment vous êtes-vous adapté à ça ?

J’ai encore des successions de pensées négatives à propos de la situation. Vous savez ce genre de questions « Pourquoi sommes-nous dans cette situation ? », « Que sommes-nous en train de faire ? » ; et je ne voulais pas reconnaître, admettre ou faire face au fait que nous ne pouvons pas voir nos amis et que nous ne pouvons pas faire les choses que nous faisions, comme vous l’avez dit, depuis ces sept dernières années. 

Qu’est-ce qui vous a donné envie de danser quand vous étiez jeune, et comment avez-vous pris conscience que vous aviez un don pour ça ? 

Premièrement, je n’ai jamais pensé que j’étais bon en danse. Mais j’ai commencé à aimer danser quand j’étais jeune. C’est un ami qui m’a suggéré qu’on aille apprendre à danser lors de nos activités extrascolaires. Plus j’en faisais, plus je commençais à aimer ça et j’ai donc commencé à prendre encore plus de leçons. Je commençais de plus en plus à me plonger dedans. Et plus je continuais à apprendre à danser, plus je réalisais que je n’étais pas du tout stressé quand je dansais. C’était mon espace à moi où je pouvais voyager dans un autre monde, où je n’avais pas à penser à autre chose. C’était quelque chose dans lequel je pouvais réellement m’immerger. Et ça m’a fait me sentir vraiment libre. Ça me rendait vraiment heureux. Puis même après lorsque j’ai débuté et que j’avais toujours ce genre de sentiments et d’émotions, danser était mon meilleur moyen d’y répondre.

Jimin de BTS, photographié à Séoul le 6 avril 2021.

La photographie par Hong Jang Hyun pour Rolling Stone. La direction artistique par Alex Badia. La chemise et le collier par Louis Vuitton.

Je comprends que vous n’aimez pas faire d’erreurs. Mais ça peut vous pousser à être vraiment très dur envers vous-même, non ? 

Quand j’ai débuté, j’ai eu la plus courte période en tant que stagiaire. J’ai senti que je n’étais pas tout à fait prêt et confiant quand nous avons débuté. J’ai toujours mes lacunes. Je suis toujours ému par les fans qui dédient – leur temps, leurs émotions, tout ce qui les concerne – à apprécier et aimer ce que je fais. Ça m’a amené à penser, par souci pour eux et pour leur dévotion, que je ne devrais pas faire d’erreur. Alors si vous me posez la question de comment j’apprends à être plus doux ou généreux avec moi-même, je pense que c’est quelque chose qui continuera à être difficile pour moi tant que je me sens comme ça. Quand quelqu’un souligne un point sur lequel je dois travailler davantage, ça avait tendance à me mettre vraiment en colère contre moi-même. Maintenant je me sens reconnaissant si quelqu’un souligne un point sur lequel je dois travailler davantage. Ça me donne envie de faire plus d’efforts.

Quels ont été quelques-uns de vos premiers héros musicaux ? 

Il y a beaucoup d’artistes qui m’ont influencé. Des artistes étrangers – Michael Jackson, Usher – et aussi beaucoup d’artistes coréens. Mais beaucoup de mes inspirations musicales viennent de quand je regardais les autres membres faire leur travail. 

Vous avez été une sorte de coordinateur de projet pour BE. Qu’avez-vous tiré de cette expérience ? 

Ce que j’ai tiré de cette expérience dans un premier temps, c’est de savoir à quel point les membres ont mis de leur sincérité dans l’élaboration de l’album et dans la réalisation de la musique. Tant de temps et d’efforts ont été mis dans la création de la musique. J’ai aussi compris de cette expérience que je devrais aussi dédier ce temps et cet effort à faire et créer de la musique, et que je devrais aussi essayer de faire de la bonne musique. J’ai aussi réellement été inspiré par la contribution des membres au processus [de réalisation] et comment nous avons tous travaillé sur l’album.

Vous avez tous dit à plusieurs reprises qu’il y avait des différences entre les membres que vous avez surmontées au fil des ans. Pouvez-vous nous donner plus de détails sur toutes ces différences ?

[Rires] Il y en a tellement que je ne pourrais pas les lister. Nous avons tous des personnalités différentes, des personnalités qui se confrontent. Par exemple, je me considère comme un peu plus lent, plus contemplatif et plus introverti. Et puis il y a d’autres membres qui veulent faire les choses plus vite. Ils sont plus actifs et extravertis. Et puis il y a d’autres gars qui sont encore plus introvertis et même plus lents que je ne le suis. Alors, bien sûr, nos personnalités continuent à se confronter. Je pense que nous avons tous fini par comprendre qu’il est normal d’avoir ces différences, que certaines personnes vont plus lentement, et que d’autres vont plus vite. Parfois nous devons attendre. Parfois nous avons plus de questions à poser. Je pense que nous avons tous en quelque sorte développé une compréhension mutuelle.  

J’adore la chanson « Serendipity » de 2017. Vous vous êtes vraiment hissé à la hauteur d’un chanteur pour celle-ci. Pouvez-vous nous partager vos souvenirs de son enregistrement ? 

Je crois que c’est la première fois où j’ai réellement essayé de mettre en valeur toutes les nuances de ma voix et où je me suis concentré sur chaque détail de mon expression vocale. Il était donc très difficile d’essayer de faire en sorte que cela se traduise dans l’enregistrement. Je me rappelle la difficulté que nous avons eu lors du processus d’enregistrement à cause de la grande volonté que j’avais  à me concentrer sur chaque détail, pour être sûr qu’ils soient exprimés dans la chanson. 

Aimeriez-vous encore faire partie de BTS à 40 ans ? 

Je ne pense pas avoir déjà envisagé de ne pas faire partie de ce groupe. Je n’arrive pas à m’imaginer ce que je pourrais faire seul de mon côté, ce que je pourrais faire sans notre groupe. Même avant que l’on débute, mon but était de continuer à travailler avec ces personnes, de continuer de chanter avec eux. J’imagine que quand je deviendrais plus vieux et que je me laisserai pousser la barbe ; j’aimerais croire qu’à la fin, lorsque je serai trop vieux pour danser ; que j’aimerais juste m’asseoir avec les autres membres, chanter avec eux et interagir avec les fans. Et je communiquerai avec les fans. Je pense que ça pourrait être cool aussi. Alors j’aimerais que ça continue aussi longtemps que possible.