[Informations du Monde] Le Dilemme du Dilemme Social

Article publié dans le Weverse Magazine, le 13/11/2020. Traduction par #Blue

Le 4 octobre dernier, le membre de BTS RM est allé sur Weverse pour faire une mise à jour d’un “Qu’est-ce que je regarde”, où il recommande le film original de Netflix “The Social Dilemma” (VF: “Derrière nos écrans de fumée”). A la fois un documentaire et une fiction, “The Social Dilemma” met en lumière l’influence qu’ont YouTube, Facebook, Twitter, et autres réseaux sociaux – et par extension, leurs algorithmes – sur les vies des utilisateurs. Le film critique la façon dont les algorithmes, conçus pour exposer les utilisateurs aux publicités, ont conduit sur des problèmes sociaux majeurs tels que le sensationnalisme et la polarisation. Comme Sophocles le disait, “Rien de grand n’entre dans la vie des mortels sans une malédiction”, et maintenant, la recherche de gains à court terme par les réseaux sociaux nous a plongés dans un « dilemme social” d’une culture impossible à maintenir.

Mettant en évidence les effets néfastes des réseaux sociaux, le film sensibilise car il exprime efficacement comment le problème est devenu épidémique. Au même moment, pourtant, en se concentrant spécifiquement sur les réseaux sociaux en tant que cible des critiques, “The Social Dilemma” crée un dilemme de lui-même, effaçant le contexte social dans lequel le problème est survenu. Par exemple, bien que le film démontre un “Dysmorphie Snapchat” en illustrant une jeune fille attachée à son “filtre” – déformant l’image, il néglige l’obsession de l’apparence nourrie par les médias traditionnels. Il en est de même pour la façon dont le film gère la polarisation politique. Les réseaux sociaux, comme le film le suggère, peuvent être manipulés ou exploités dans un but politique, mais cela peut aussi donner de la voix aux adolescents marginalisés qui n’ont pas le droit de vote, et cela guide un mouvement général contre les autorités. Mais le film ne fait que nous avertir du tort causé à la démocratie par les réseaux sociaux, et ne répond pas aux limites de la démocratie en place et des médias de masse. C’est pour cette raison que les solutions proposées dans “The Social Dilemma”, en incluant de l’auto-discipline pour désactiver les notifications et limiter le temps d’écran, ainsi que les lois qui imposent des taxes sur les collectes de données et leur utilisation, sont en demi-mesure, au mieux. Ici, le New York Times trouve des choses à redire sur la façon dont le film “confond deux cibles distinctes des critiques: la technologie qui provoque des comportements destructeurs et la culture du capitalisme incontrôlé que cela produit”. Écrivant pour “The Guardian”, John Naughton, un professeur de l’Université Ouverte basé au Royaume-Uni, critique comment le film échoue à “expliquer avec précision le moteur de cette industrie qui exploite la psychologie qui elle-même exploite les faiblesses et vulnérabilités de l’être humain”.

“Comment peux-tu te réveiller de la Matrice quand tu ne sais pas que tu es dans la Matrice?”. Il y a une raison pour laquelle Tristan Harris a revisité la question de la culture pop dans “The Social Dilemma”. Avant de pouvoir résoudre un problème, nous devons être capable de le reconnaître. Cela ne s’applique pas seulement aux réseaux sociaux même, mais aux innombrables aspects de nos vies que nous avons aveuglément permis aux réseaux sociaux de perturber sans scrupules.

FUN FACT

Matrix

Sorti en 1984, le roman de science-fiction de William Gibson, Neuromancien, est à l’origine du concept de la “matrice”, un énorme espace de données de réalité virtuelle. “Matrix”, le film à succès du box office international de 1999 qui a emprunté le terme, a propulsé l’expression dans le langage commun. Dans le film, la Matrice est un programme de réalité virtuelle façonné par des intelligences artificielles (IA) qui contrôlent le monde dans le but d’utiliser les humains comme source d’énergie. Parce que la Matrice régule leur système nerveux, presque tous les humains croient que l’existence qu’ils vivent grâce à leurs propres sens est le vrai monde et sont incapables de percevoir la vérité.