Interview de J-hope

Article publié dans le Weverse Magazine, le 27 juillet 2021. Traduction par #Blue

Interview J-hope

❝ Je ne suis pas le genre de personne qui se contente de sa vie telle qu’elle est ❞
J-hope

J-hope lui-même n’a pas changé depuis l’époque avant ses débuts. La façon dont il traite les autres, ce qu’il ressent vis-à-vis de BTS, sa passion pour danser– rien n’a disparu ; seule leur envergure a changé, tout comme l’ampleur de ses convictions, sa volonté, et ses rêves.

“Butter” a fait une grande sensation aux Etats-Unis.

J-hope : Je me suis énormément préparé pour ça, mais à chaque fois que j’essaie d’appréhender un succès involontaire, dans ma tête, je suis toujours comme…. C’est à moitié de la joie, à moitié un sentiment qui me fait penser sérieusement à ce que j’ai accompli. Il y a un sentiment de responsabilité qui vient avec un accomplissement aussi honorable. Les ARMYs ont tellement fait pour nous maintenir numéro 1, et je suis incroyablement reconnaissant pour ça. En même temps, j’ai aussi réalisé que notre nom est en train de devenir connu auprès de plus de personnes dans le monde de la musique pop américaine.

 

On dirait que plus le succès est grand, plus il y a de choses auxquelles vous finissez par penser.

J-hope : Dans le passé je l’aurai juste humblement accepté, et c’était quelque chose pour laquelle j’avais travaillé très dur alors j’étais heureux de l’accepter– et c’était en quelque sorte immature, je pense, mais maintenant c’est différent. Je travaille constamment depuis 8 ans, et ça n’a pas été facile d’accomplir autant en si peu de temps. Donc à partir de maintenant je me pose des questions sur comment je dois continuer et maintenir les choses telles qu’elles sont et quelle attitude et position je dois adopter à présent. Ce sont des devoirs que je n’ai pas encore réussi à comprendre, en fait.

 

Quels effets ont ce genre de pensées sur la façon que vous avez de vous exprimer en tant qu’artiste ?

J-hope : Je suis aussi un chanteur et danseur, et je ne pense pas prendre n’importe quelle représentation à la légère. Depuis que nous avons fait “Dynamite”, le nombre de fois où je revois mes représentations après qu’elles aient été faites a augmenté. J’avais le sentiment d’être responsable de la mise en valeur des danses, alors j’ai pensé que j’avais à donner le meilleur de moi-même en ce sens. Vous ne voulez pas être en deçà des attentes en matière de représentations quand autant de personnes vous envoient autant d’amour. Chacun des membres pense la même chose, et je pense que nous avons créé une atmosphère pendant nos entraînements où nous sommes capables de voir à quel point ces choses sont importantes. Après tout, même si on ne se l’exprime pas, nous savons tous à quel point il est important de répéter nos représentations.

 

On dirait qu’il y a comme une atmosphère de compréhension dans le studio d’entraînement.

J-hope : Nous avons l’habitude de nous entraîner ensemble depuis très longtemps, encore et encore, de se synchroniser les uns et les autres. Nous nous entraînions pendant une dizaine d’heure, analysions nos représentations, prenions une pause et y retournions directement, nous nous reposions encore un peu et recommencions. C’était avant, mais maintenant, après avoir acquis toute cette expérience, chaque membre sait où il doit se concentrer, alors nous coordonnons nos dispositions et faisons d’intense avancées et faisons ce que nous devons faire jusqu’à ce que ce soit bon, et ensuite nous prenons une pause, nous prenons vraiment une pause. Aujourd’hui nous n’avons même pas vraiment à y penser. Alors c’est un peu comme, C’est bien, faisons tout ce que nous avons à faire rapidement comme ça on peut se dépêcher et se reposer. Cette partie ne semble pas correcte ? Réglons ça rapidement. C’est comme ça que nous faisons. Nous sommes bien plus efficaces en termes de travail et d’entraînement maintenant.

 

Cela a-t-il eu un effet sur vous, individuellement, aussi ? Si vous pensez davantage à vos représentations, les parties sur lesquelles vous vous concentrez pourraient changer.

J-hope : La danse est importante, mais je pense que j’en suis venu à réaliser à quel point l’aspect visuel est important. La raison pour laquelle je change ma coupe de cheveux ou quoique ce soit ces derniers temps est parce que je veux que mon apparence se fonde naturellement avec la chanson. Puisque j’ai toujours été un danseur, j’ai continué à travailler dur sur les choses que je peux faire encore mieux. Mais bien sûr c’est important de ne pas exagérer avec les visuels, alors j’ai gardé un œil dessus et je l’ai ajusté pour chaque représentation. C’est la partie la plus importante.

Interview J-hope

Votre danse dans “Butter” est une chose, mais c’est aussi une représentation où vous avez besoin de mettre en avant votre personnage. Qu’espérez-vous montrer ?

J-hope : J’ai voulu montrer combien j’ai grandi dans “Butter”. Le style est audacieux et s’articule autour de costumes bien taillés et l’ensemble est sexy. J’ai essayé de faire passer le message autant que j’ai pu. Et j’ai appris beaucoup en regardant les membres qui arrivent très bien à l’exprimer. J’ai pris toutes les façons auxquelles j’ai pensé et que je pouvais essayer et je les aies mélangées ensemble, lisse comme du beurre (rires).

 

Qu’est-ce qui vous traverse l’esprit quand vous êtes sur scène, tout spécialement quand la lumière est sur vous ? Par exemple, quand vous faites ce dance break qui attire l’attention et qui est plein de mouvements lents dans “Butter”, ou dans votre solo disco que vous avez fait pour le dance break de “Dynamite” aux MMA 2020.

J-hope : Mon état d’esprit ne change pas. Quand les projecteurs sont sur moi, c’est une opportunité pour moi, d’une certaine façon. C’est une chance pour moi de briller parmi notre groupe et ses sept incroyables membres, alors je suis toujours à l’affût pour faire bon usage de telles opportunités en faisant de mon mieux. Je ne devrais pas refuser ce qui m’est offert, et montrer tout ce que j’ai à montrer. Les ARMYs et le grand public seront les jurés, et s’ils ont quelque chose à dire à ce propos, je ne peux qu’accepter et le corriger, je pense. Je veux dire que j’ai développé mon propre type de croissance par moi-même en me corrigeant sans cesse et répétant, et me corrigeant, et répétant. Je danse depuis très longtemps, mais j’ai toujours le sentiment que je peux faire encore plus, alors je fais davantage d’efforts et je prends du plaisir à le faire quand je produis quelque chose qui rend vraiment bien.

 

Mais, si on regarde votre fancam de “Butter”, vous réagissez continuellement avec les autres membres qui dansent même quand vous n’êtes pas visé par la caméra principale.

J-hope : Je ne le fais pas consciemment. Mais aujourd’hui quand je regarde des cérémonies de récompenses à l’étranger ou les représentations des artistes pop qui ont été filmées, j’ai l’impression qu’elles n’ont pas de parties lourdement éditées où rapidement coupées au montage. Ils capturent l’énergie des artistes tout en montrant la scène entière, alors je pense constamment au fait que je ne sais jamais où ni comment je vais être filmé. Alors même quand la caméra est principalement concentrée sur Jin, dans certains cas on peut toujours me voir à l’arrière-plan, et donc je pense que mettre en place l’ambiance dans le fond afin de ne pas interférer avec sa partie est un élément extrêmement important d’une bonne représentation.

 

J’ai trouvé que vous étiez très cohérent. Quand SUGA s’est avancé pour rapper vers la fin de la chanson, vous continuez à lancer des petits encouragements pour stimuler l’ambiance.

J-hope : C’est amusant, vous savez ? De faire ça (rires).

 

Cela semble être un bon équilibre dans la mesure où vous pouvez continuer à vous exprimer individuellement tout en restant dévoué au groupe.

J-hope : Je suis d’accord. Je pense que c’est quelque chose que j’ai toujours eu dans l’esprit. Mais comme je me produis avec cette grande structure de groupe, faire en sorte de ne pas interférer avec ça passe avant tout.

 

La représentation de “Permission to dance” a une saveur différente de “Butter” en ce sens. Tandis que “Butter” donne à chaque membre leur moment pour briller, “Permission to Dance” semble mettre l’accent sur l’ambiance générale du groupe. J’ai l’impression que ça met en avant vos traits personnels, d’être solaire et plein d’espoir.

J-hope : Quand nous avons eu la chanson, j’ai pensé que je pouvais simplement être moi-même pour celle-ci. Pas besoin de jouer un rôle; je peux juste utiliser le sentiment que j’ai quand je suis sur scène. C’est aussi le message que la chanson veut faire passer, alors je pense que c’est venu naturellement. Comme si j’étais heureux mais aussi au bord des larmes ?

 

Votre danse utilise la langue des signes. Bien qu’il s’agisse d’une danse, c’est aussi un langage, alors j’imagine qu’il y avait beaucoup de choses à prendre en considération.

J-hope : Oui, il y en avait. Nous transmettons un langage, même si nous n’utilisons pas beaucoup la langue des signes dans nos mouvements. Bien que la chanson soit agréable et légère dans l’ensemble, même quand nous on s’entraînait, on disait qu’on devait faire en sorte que les mouvements soient parfaitement précis. Nous avons pensé que nous devions comprendre l’importance derrière la langue des signes pour correctement transmettre la signification. Alors on s’est dit qu’on devait faire de notre mieux pour effectuer les mouvements correctement tout en essayant de remplir la chanson de bonne humeur et d’émotions positives. Nous avons passé beaucoup de temps à intégrer les mouvements à la danse, et donc je pense que nous avons été capables de montrer notre état d’esprit sur la représentation assez naturellement.

 

Je pense que votre voix et vos expressions faciales au début du second couplet de ‘Permission To Danse” aide les gens à intuitivement à saisir quel genre de chanson c’est. Cela me fait penser à ce que vous avez dit dans la vidéo de l’“ARMY Corner Store” (publiée sur YouTube dans le cadre du FESTA 2021, la célébration du huitième anniversaire du groupe) que vous êtes la “vitamine” du groupe.

J-hope : Et je le suis. J’ai utilisé cette expression parce que je ressens que je donne constamment, et immuablement (rires), au groupe une bonne énergie. Je ne sais pas si je suis vraiment la vitamine ou non. Quand j’y repense, j’ai toujours essayé de leur donner une bonne énergie et de les maintenir dans une bonne humeur, et je pense que je peux dire aujourd’hui que je suis l’une de ces personnes qui essaye durement de garder l’énergie de son groupe au top. Je suis toujours un peu embarrassé, cependant (rires). Je ne dirai pas que je ne ressens aucune pression du tout à propos du label. Chacun de nous sept doit agir en tant qu’un seul homme pour que BTS fonctionne, et je garde toujours ça à l’esprit, alors ça m’oblige à faire attention de ne pas me démarquer du reste du groupe. Parce que le groupe fonctionne bien quand chacun a son propre rôle. Et parce que je garde toujours ça à l’esprit quand je pense, je devrais faire tout ce que je peux faire, je suis capable de contribuer au groupe et je pense que j’ai fini par me sentir un peu plus confiant à propos des choses que j’avais du mal à exprimer par le passé.

Interview J-hope

Y a-t-il eu une impulsion derrière ce changement ?

J-hope : J’ai senti, j’ai réalisé, exactement ce que j’avais besoin de faire de ma propre identité et de mon énergie tout de suite après avoir conçu ma mixtape. A partir de là, j’ai pensé que je devais exprimer mon point de vue musical et d’autres choses, comme mon énergie, régulièrement mais pas de façon intense. Avant, au fur et à mesure que le temps passait et que le groupe prenait de l’ampleur, je pense que j’avais libéré beaucoup de pression pour m’exprimer. Ensuite j’ai commencé à sentir que je voulais essayer de m’exprimer à ma façon, même si le groupe travaillait bien.

 

Quand vous avez exprimé votre côté démoralisé directement, entre la sortie de “Dis-ease” durant la pandémie et “Blue Side” de votre mixtape, était-ce aussi un reflet de cette influence ?

J-hope : Les émotions des gens changent chaque jour, tout comme leurs sentiments et les choses qu’ils peuvent accepter durant leur vie, n’est-ce pas? Je pense donc que ce changement d’émotions que j’ai ressenti et accepté tandis que le groupe gagnait en popularité, est aussi exprimé dans la façon dont mes chansons ont changé. C’est aussi quelque chose pour lequel je passe beaucoup de temps à penser, mais je ne suis qu’une jeune personne de plus vivant sur cette planète. Je ne suis pas bien différent des autres, ce qui signifie que je ne peux pas toujours être aussi rayonnant comme je l’ai été sur “Hope World”. C’est pourquoi j’ai essayé une approche différente des choses que je pouvais exprimer.

 

Qu’avez-vous trouvé après avoir essayé ça ?

J-hope : J’ai fini par penser à la part d’ombre en moi. Je ne l’ai pas réalisé pendant la promotion, mais avec le Monde qui s’est soudainement arrêté, nous avions tout ce temps où nous ne pouvions rien faire et où j’ai vu toute cette ombre latente– rester assis les yeux dans le vide dans le studio, penser à la vie que j’ai vécue, voir les représentations de BTS à la TV, pensant, “C’est qui j’étais”. Toute la volonté que j’ai trouvé durant cette période était énorme. Je me suis rendu compte que je devrais plutôt utiliser tous ces sentiments entièrement et en une fois, que ces émotions et ces chansons ne pourraient probablement être écrites qu’à ce moment là de toute façon, alors j’ai mis toutes ces émotions sur papier, comme un journal intime, et “Dis-ease” était née. Avec “Dis-ease” en point de départ, j’ai pensé que je pourrais inclure des choses comme ma noirceur intérieure, et c’est pourquoi j’ai pu réaliser “Blue Side”.

 

Qu’avez-vous vu quand vous l’avez regardé en vous ?

J-hope : J’ai fini par voir un côté de la vie du vrai Jeong Hoseok que je ne pouvais percevoir avant. J’ai continué à penser à quelle vie serait la meilleure pour J-hope pendant que nous travaillions, alors je me suis demandé à quoi ressemblerait la vie de Jeong Hoseok dans son ensemble.  Au moment où ça arrivait, j’ai réalisé que je n’étais pas juste une personne toujours joyeuse– je traverse des difficultés, moi aussi. Alors j’ai pensé que je pourrais me rapprocher des auditeurs en partageant des petites parties de moi que j’avais cachées, et qu’il serait intéressant de montrer aux gens une part de moi qui est différente de l’idée qu’ils ont de qui est J-hope. Plus important encore, je ne ressens aucune résistance à propos de qui je suis aujourd’hui. En tant que personne qui fait de la musique et sort des chansons sur sa vie personnelle, je pense que tout cela fait partie du processus.

 

Il y a une phrase dans “Blue Side”, quand vous chantez, “Mais à présent, je souhaite simplement mourir brûlé de bleu”. On dirait que là aussi, une part de votre ombre a été révélée.

J-hope : Si vous brûlez jusqu’à la mort, ce sera très chaud. Mais les parties que j’appelle “bleue” sont un endroit où je m’échappe consciemment pour éviter les choses. C’est un endroit où je m’échappe, pour pouvoir vivre en sécurité et être englouti, mais je ne veux pas le faire. Alors je pense que j’ai essayé de montrer que je veux raviver ma passion pour les choses que je veux réaliser même si je meurs brûlé de bleu. Pour être honnête avec vous, je ne sais pas exactement comment j’en suis venu à écrire ces paroles. J’ai écrit cette partie il y a longtemps, lorsque nous faisions une tournée internationale. Je ne suis pas un grand buveur, mais ce furent les toutes premières paroles que j’ai réalisées, que j’ai écrites en buvant (rires). Quand j’écris des paroles alors que j’ai bu, je les regrette souvent quand je les vois le matin, mais quand je les relis encore après un certain temps, je peux dire que ce sont des paroles que je ne pourrais jamais écrire qu’avec les émotions que j’ai ressenti à ce moment là. Quand je sors ce type de chanson, je ressens une sorte de sentiment. Et quand je me donne moi-même un retour sur ma propre musique, une version différente de celui que j’étais avant de faire de la musique émerge.

 

Y a-t-il autre chose que vous avez appris à propos de vous ces derniers temps ?

J-hope : Um… Je ne suis–comment devrais-je le dire– pas le genre de personne qui se contente de sa vie telle qu’elle est. Je pourrais juste continuer à vivre comme je le fais et faire ce que je veux de ma vie, mais je ne sais pas, honnêtement. Il y a déjà tellement de choses incroyables qui me sont arrivées mais je veux aller plus loin, en tant qu’individu et en tant que membre de BTS. Une pensée m’a traversé un jour : Me suis-je lancé des défis récemment ? En dehors de faire des chansons ou danser ? Mais la réponse était non. Alors j’ai décidé de me lancer des défis et d’essayer des choses, l’une d’entre elles était d’apprendre l’anglais. C’est toujours très difficile et j’ai encore un long chemin à parcourir, mais je fais de mon mieux en fonction de notre planning actuel.

 

Que pensez-vous tirer de votre apprentissage de l’anglais ?

J-hope : Si je peux parler anglais, alors je peux donner et recevoir moi-même les instructions des artistes anglais quand je travaille sur de la musique. Je pense que c’est une voie de communication que je peux ouvrir et qui permettra davantage de possibilités dans ma vie. Mais ça peut être difficile de continuer à étudier avec notre planning actuel (rires), alors même si je dis que je vais le faire, je pourrais ne pas en être capable. Vous pouvez changer d’avis à chaque minute et prendre des décisions différentes à tout moment, en fonction de comment vous voulez vivre votre vie. Actuellement, j’essaie de faire de la musique pour le plaisir de la musique, je me lance des défis en matière de représentation pour le plaisir des représentations, et de faire de gros efforts personnels pour BTS. Et je travaille très dur pour trouver ce dont j’ai besoin pour mes prochaines étapes.

Interview J-hope

Comment imaginez-vous la prochaine étape ?

J-hope : Je pense que ma prochaine étape, personnellement, est de faire grandir notre musique au niveau mondial. J’ai fait un peu d’introspection récemment, et il y a beaucoup de choses que je veux faire. J’ai aussi beaucoup de rêves. Aller aussi loin avec le groupe, en voyant tous ces artistes pop avec lesquels on a rivalisé sur le classement Billboard, ça a vraiment laissé une impression sur moi, et maintenant je suis bien plus sérieux dans mon souhait d’exprimer des choses. Par exemple, je rêve de faire grandir notre musique au niveau mondial puisque l’environnement pour avoir une bonne synergie avec les artistes étrangers à déjà été construit.

 

Vous, et BTS aussi, avez gravi les échelons petit à petit et maintenant vous êtes capable de rêver de nouvelles étapes. Dans la vidéo du FESTA 2021 “ARMY Corner Store”, vous avez dit que le présent est possible seulement parce que BTS a suivi la route qu’ils ont suivie depuis leur première chanson, alors vous ne vouliez rien altérer de votre passé (rires). Pourtant, y a-t-il quelque chose que vous voudriez dire à votre vous du passé, si vous pouviez dire une seule chose ?

J-hope : Pour rire, je dirais, hey, écoute cette mélodi e: “Doux comme du beurre”– écris ça. Si tu le fais, tu vas être numéro 1 sur le Billboard. Je pourrais faire ça, pas vrai ? (rires) Mais pour moi, même les parties de ma vie qui n’ont pas été bonnes sont devenues des opportunités pour grandir. Alors plutôt que de dire à mon moi du passé d’arranger quelque chose, je lui dirais simplement de croire en lui-même et d’avancer dans sa vie comme il en a envie, et de continuer à travailler dur, en laissant les choses comme elles le sont. En dehors de ça, je n’aurais rien à lui dire.

 

Alors, que pensez-vous des ARMYs maintenant qu’iels ont gravi toutes ces étapes avec BTS ?

J-hope : Les ARMYS sont absolument… J’ai l’impression qu’iels sont devenu.e.s elleux-mêmes des icônes. Je suis tellement fier d’elleux. Iels sont incroyables. Les ARMYs sont comme des artistes en soi maintenant, aussi. Comme si iels sont un symbole majeur de cette époque ? Les ARMYs sont aussi célèbres que BTS maintenant. Je pense que nous nous donnons une bonne énergie, et que nous nous aidons mutuellement à faire quelque chose de bien. Cela peut sembler évident venant d’un membre de BTS, mais si j’étais un ARMY, je n’aurais jamais honte de dire que je suis fan de BTS. Quoiqu’il en soit, je suis sérieusement… Je veux qu’iels sachent toujours que je leur suis vraiment, vraiment reconnaissant.