Interview de Jungkook

Article publié dans le Weverse Magazine, le 26 juillet 2021. Traduction par #Blue

E7MlwVuWQAAtDlf

❝ Je pense que nous ferions mieux de ne jamais nous arrêter ❞
Jungkook

Nous avons demandé à Jungkook de dessiner ce qu’il voulait pour la séance photo. Les photos qui apparaissent dans cet article sont des clichés pris pendant que Jungkook était à l’œuvre. Même si la séance photo était terminée, il n’a quitté le studio que lorsqu’il eut terminé son dessin.

“Butter” a été premier du classement Billboard Hot 100 pendant 6 semaines consécutives (cette interview a été réalisée le 12 juillet).

JungKook : Je n’ai jamais été très attaché aux classements ; mais aussi bien que cela puisse être, aussi heureux que je le sois depuis que l’on bat des records avec “Dynamite”, je le ressens aussi comme un fardeau.

 

Est-ce parce que vous avez réussi bien au-delà de ce que vous auriez pu imaginer ?

JungKook : En quelque sorte. Énormément de personnes m’ont donné de la reconnaissance, alors j’ai continué à me dire que je devais travailler plus dur, mais nous avons fait encore mieux qu’avec “Dynamite” pour “Butter”, alors je pense que j’ai fini par ressentir comme un poids sur moi. Je suis comme ça. BTS est une équipe incroyable, mais peut-être que je ne suis pas capable de suivre BTS.

 

Tu es celui qui a apporté l’ambiance dans “Butter” en chantant l’intro de la chanson. Cela ne t’a-t-il pas fait du bien? Tu étais tout aussi incroyable que le reste du groupe en lui-même (rires).

JungKook : “Butter” est tellement agréable [à écouter]. Elle est différente de notre style habituel, alors c’était tout aussi différent lors de l’enregistrement. La mélodie est superbe, aussi. J’aime ça, mais c’est séparé de la pression que je ressens. Je veux dire, j’espère honnêtement que BTS fera encore mieux. Ces derniers temps j’ai pensé que cette pression [que je ressentais] signifiait que je devais faire encore mieux. Après que “Dynamite” soit devenu numéro 1 sur le Billboard hot 100, ce n’est pas comme si nous étions forcés d‘essayer de faire mieux ; c’était juste mon ambition personnelle. Je pense que je peux faire mieux.

 

Pourquoi penses-tu que [la réalisation de] “Dynamite” n’était pas aussi satisfaisante ?

JungKook : Parce que je n’ai pas pu tout exprimer comme je le voulais. Quand j’écoute les remix, je réfléchis à comment j’aurais pu les interpréter différemment. “Ha, mec ! Si seulement je pouvais le refaire encore une fois ! ” (rires). J’ai appris des choses en chantant “Dynamite”, c’est que j’en suis encore loin. Alors j’ai essayé de m’entraîner à chanter au moins une heure par jour, quoiqu’il arrive. “Tout chanteur qui a été numéro un sur le Billboard pendant six semaines doit être vraiment bon au chant”. C’est ce que j’ai pensé.

 

Chanter en anglais a probablement révélé ta voix sous un nouveau jour. La tonalité est différente de celle que tu as lorsque tu chante en coréen.

JungKook : Parfois, tu dois appuyer un peu plus sur tes mots lorsque tu parles en coréen. En plus, je viens de Busan, alors je parle un petit peu avec une voix basse. Ça ne me fait pas ça quand j’utilise l’anglais, alors c’est un peu comme s’il y avait des avantages et inconvénients. C’est aussi facile d’utiliser sa voix de tête lorsqu’on chante en anglais, mais cela peut être aussi inconfortable ; tandis qu’en coréen, si l’on essaie de chanter plus haut en usant de sa voix de tête, cela peut sonner un peu nasillard parfois. Mais en même temps, c’est parfois difficile de passer outre mes habitudes quand je chante en anglais puisque j’ai toujours chanté en coréen.

 

“Dynamite”, “Butter” et “Permission to Dance” sont toutes des chansons entièrement en anglais et tu étais chargé de l’introduction de chacune des trois. On dirait que tu as bien réfléchi à comment tu allais créer des impressions différentes pour chacune des chansons.

JungKook : “Butter” est vraiment dynamique, comme vous le savez. Elle est un peu dense, avec un rythme entraînant, c’est rythmé. Et avant de m’enregistrer, j’ai écouté un enregistrement avec des guides vocaux ; et quand j’ai dû enregistrer, je devais garder toutes ces caractéristiques en tête et les mélanger entre elles en gardant mon propre style et tout ça de façon subtile. Je pense que ça demande sérieusement de l’intuition (rires). J’ai vraiment eu du mal quand nous avons enregistré, évidemment ; et quand je l’ai fait pour la première fois, ma voix ne sonnait pas bien, j’ai donc dû continuer à chercher la bonne voix. Je pense que la chose la plus importante est d’abord de bien cibler la voix que l’on veut utiliser, et de trouver ensuite comment se l’approprier. Dans “Permission to Dance”, par exemple, j’ai chanté davantage comme je le voulais plutôt que dans le style des guides vocaux.

 

Comment en es-tu arrivé à ce genre de conclusion ?

JungKook : La voix que chacun a doit sonner de manière différente, alors ça peut devenir exagéré si je copie trop le guide quand je chante. Alors parfois, je suis exclusivement ce que je pense. Dans la première partie de “Permission to Dance”, je pensais à comment je devais chanter, et quand j’ai dû l’enregistrer, même Pdogg, le producteur, m’a dit « Ça rendra bien mieux si tu le fais avec ta propre voix, ton propre style”.

Du fait d’écouter autant d’autres artistes et de les analyser, quels effets ont-ils sur toi ?

JungKook : Plus j’écoute de musique, plus ma voix change. Elle change vraiment beaucoup quand nous avons une chanson et que nous l’écoutons et la pratiquons. Je pense qu’on peut dire que mes cordes vocales sont toujours prêtes à s’améliorer lorsque je m’entraîne (rires). Elles s’améliorent lorsque j’enregistre, et s’améliorent à chaque fois que je chante. Mais il y a aussi des fois où soudainement cela ne sonne pas bien quand j’essaie de la façon dont je le veux, alors j’essaie encore, ou je regarde rapidement d’autres chanteurs et j’écoute leurs chansons ou j’interroge quelques artistes plus anciens. Faire ça m’aide à trouver la voix que je cherche.

 

Quand tu as brièvement chanté sa partie dans “Life Goes On” sur VLIVE, ta voix ressemblait étrangement à celle de SUGA ; même si vos voix restent différentes. Tu es rapide quand il s’agit de copier les caractéristiques vocales des autres chanteurs.

JungKook : J’ai l’habitude de me reposer beaucoup sur ça. Je peux au moins entendre [leurs caractéristiques vocales]. Maintenant je me dis plutôt, Oh, je suppose que je ne devrais pas le faire comme ça. Vous pouvez aisément supposer que j’ai écouté un nombre incalculable de chansons d’autres artistes. Je pense énormément à la manière dont je veux chanter, me demandant comment ces autres artistes chanteraient, avant de façonner ma propre voix. Je reporte les voix des ces gens et leur modèle vocal et je pense à ce que ça donnerait s’ils chantaient dans cette pièce, puis je pense à ce que ça donnerait avec ma propre voix, et ensuite parfois je peux faire en sorte que ma voix sonne de la même manière, si j’essaie.

 

On dirait que c’est aussi important pour toi de trouver ton propre style quand il s’agit des performances. Non seulement les trois chansons en anglais étaient différentes de ton travail précédent, mais il y avait aussi beaucoup de parties dans “Butter” que tu ne pouvais exprimer qu’au travers de certains gestes et expressions faciales. 

JungKook : Avant “Butter”, je travaillais dur tout simplement et je m’amusais à le faire de toutes les manières que je voulais ;  mais à partir de “Butter”, je pense que j’ai fait en sorte d’effectuer les choses de manière plus réfléchie. J’étais plus attentif à mes expressions faciales et mes mouvements et j’ai réfléchi à ce que je devais faire dans chaque situation, de chaque performance, pour le faire avec mon propre style. Et c’était un processus amusant. Je ne ressens aucune pression à ce sujet. J’ai juste pensé que je pouvais créer ce genre d’image si j’essayais juste d’être un peu plus cool et pas craignos (rires) pour les gens à partir de maintenant.

 

Quelle image veux-tu que les gens aient de toi, en tant qu’artiste? On dit que C’est qui je suis en tant qu’artiste désormais.

JungKook : Je ne pense pas être arrivé au point où j’ai besoin de m’inquiéter de ça, pas encore. J’ai une idée globale de quel genre de chanteur je veux être et ce en quoi j’ai envie d’être bon, mais je ne pense pas avoir encore imaginé le type de chanteur que je suis. Parce que c’est un processus qui dure dans le temps : c’est au moment de faire mes preuves que, bam ! – j’ai démontré que je le pouvais et je deviens une personne vraiment influente ; c’est seulement ensuite que je peux dire, C’est le type de chanteur que je suis. Pour l’instant, je n’ai rien, je suppose que vous pouvez le dire, de “substantiel” à montrer. Je me dis que même si je fais partie de BTS et que je fais les tournées des stades, cela me rend-t-il automatiquement meilleur que les autres artistes? Et ensuite, en pensant ainsi, je me recentre sur moi-même à nouveau.

 

Ne pourrais-tu pas être plus doux avec toi-même ?

JungKook : Non. Je dois penser à l’avenir plusieurs fois par jour. Par exemple, je passe parfois la journée entière à faire n’importe quoi*, mais quand je le fais, je le regrette sévèrement. Alors je me promets de faire ci et ça. C’est ainsi que je vis. Car si je ne pense pas de cette façon, c’est parce que je ne fais pas quelque chose dans le simple but de faire quelque chose. C’est comme le titre de notre chanson, “Life Goes On”: Le tapis de course est en marche, nous sommes dessus et je pense toujours que je ferais mieux de ne jamais m’arrêter. Je peux mieux m’exprimer si je pense tout en parlant, et je peux mieux organiser mes pensées tout en réfléchissant à ce que j’ai dit. J’essaie de penser à tout de cette façon. Je pense que j’ai besoin de m’améliorer, que cela soit au niveau du chant qu’au niveau de mes loisirs – plus que maintenant, mieux que maintenant.

*Note traduction : n’importe quoi dans le sens de faire des choses sans un but réel et sans s’y attacher réellement.

 

Te débrouilles-tu bien avec l’un de tes loisirs ces jours-ci? On dirait que tu es meilleur en peinture, à en juger par ton vlog.

JungKook : Je pense que je m’améliore un peu en tout, petit à petit. C’est ma voix que j’ai vraiment amélioré ces derniers temps. Et le bowling ! (rires) J’ai appris à peindre en regardant des vidéos sur YouTube. Je pense que je suis doué pour acquérir des compétences en reproduisant celles des autres. Je ne suis, en fait, pas vraiment bon pour apprendre des choses (rires). J’aime simplement faire ce que j’aime faire ; je suppose que j’apprends naturellement grâce aux gens autour de moi. Je pense que les choses que j’ai vraiment envie d’apprendre sont toujours les mêmes : chanter, l’anglais, le sport.

 

Apprendre des autres et vouloir faire mieux est une façon de se reconnaître à travers qui l’on peut se comparer. Es-tu influencé par les autres membres? Tu as souvent parlé de combien tu as pu être influencé par les six autres membres plus âgés.

JungKook : Je pense que j’ai commencé à porter de l’attention aux gens plus qu’à moi-même après avoir déménagé sur Séoul et avoir rencontré les autres membres. Je ne prêtais pas attention à mon environnement, mais je le remarque aujourd’hui. C’est comme si à partir de là, j’avais vraiment commencé à me voir tel que je suis.

Cela me fait penser au moment où tu as parlé de ta première visite à Séoul sur “You Quiz on the Block” de tvN, et de la la façon par laquelle tu as appris à connaître les sentiments que le monde extérieur pouvait procurer.

JungKook : La première fois que j’ai vu les rues de Séoul, elles étaient gigantesques. Comme je venais juste d’arriver à Séoul, j’étais très inquiet et j’ai appris à me connaître grâce à ce changement d’environnement. Je pense que c’était la première fois que je pensais par moi-même, et cela a été le point de départ pour apprendre à me connaître.

 

Quand tu as pris les quelques bonbons que tu aimes dans le BTS pop-up store, j-hope a dit que tu étais toujours le même que lorsque vous vous êtes rencontrés, quand tu avais 13 ans. Penses-tu que tu n’as pas changé depuis tout ce temps-là ?

JungKook : Je suis sûrement en quelque sorte meilleur ou différent d’un point de vue extérieur, mais je suis certain qu’il y a certaines choses chez moi qui sont les mêmes que lorsque j’avais 13 ans. J’ai appris à être prévenant envers les autres membres et à les comprendre, car en effet je me suis quelquefois disputé avec eux. Mais personne ne va m’arrêter si je prends des bonbons. Je les ai pris comme j’en ai toujours pris. Comme quand Hobi et moi nous sommes battus pour une simple banane (rires).

 

Mais, qu’est-ce qui a changé chez toi, alors ? Être un membre de BTS doit certainement avoir des effets sur ta vision du monde. Tu as demandé à tes spectateurs végétarien.ne.s de te pardonner quand tu as mangé de la viande sur VLIVE il y a quelque temps.

JungKook : J’ai pensé à le demander parce que je sais que beaucoup de personnes à l’étranger, et même en Corée aussi, sont végétarien.ne.s. C’est l’une des choses qu’on apprend quand on fait des tournées dans autant de pays différents. Évidemment je ne connais pas tout à propos de la culture de chaque pays ou les identités de chacun ou leurs choix, alors même si je pense que j’ai un long chemin à parcourir, je pense que c’est important de les respecter en fonction de ce que je sais.

 

Je pense que tu dois savoir que tu as une influence sur beaucoup de monde. En plein milieu de ton VLIVE, tu as parlé de ta difficulté à retrouver le Kombucha que tu buvais avant parce qu’il était en rupture de stock et tu as remercié tes fans d’avoir aidé ne serait-ce qu’un peu le propriétaire d’une petite entreprise.

JungKook : Les restaurants comme vous le savez ne vont pas très bien en ce moment et il y a beaucoup de boutiques sur le marché qui ont fermé. Alors si j’ai pu aider ne serait-ce qu’une personne, ça en vaut la peine. Et quelquefois, les gens sur qui j’ai eu de l’influence vont aussi faire des donations. Il y aura toujours quelqu’un pour profiter des choses que je dis ou fais, mais je suis sûr que beaucoup de gens en feront quelque chose de bien.

 

Cette influence est quelque chose que tu as conçu avec ton fandom, ARMY. J’imagine que depuis tout jeune tu as non seulement été influencé par les autres membres mais aussi par les ARMYs.

JungKook : Il y a beaucoup de choses qui se passent pendant un concert : la lumière, la scène, le sol, le design de la scène, les vidéos projetées sur les écrans. En plus de la musique, la danse, et nous. Même s’iels sont là tous en harmonie, les ARMYs doivent être là pour compléter la scène. Quand il s’agit de nos concerts, les ARMYS sont celleux qui achètent les tickets et iels en sont les personnages principaux. Je pense que tout ce sur quoi nous nous concentrons se résume aux ARMYs. Nous partageons les sentiments des uns et des autres et iels sont la source de notre force, et je pense qu’iels ont une synergie avec nous. Ce n’est pas assez de dire que les ARMYs et nous, nous nous adorons, ou que nous nous aimons. Il y a définitivement plus que ça. C’est,… et bien- je ne sais pas. C’est difficile d’y mettre des mots (rires).

 

Je pense que tu as besoin que les ARMYs soient là au concert pour que tu réalises pleinement le concert auquel tu aspires. 

JungKook : Oui, exactement ! Même si tout est prêt et que nous sommes devant la caméra, si les ARMYs ne sont pas là, c’est un concert totalement différent. Même si les ARMYs sont là et qu’il y a une caméra en direct pour le diffuser, je me demande, Il y a une caméra?. Évidemment que je me préoccupe de ça quand il s’agit de saluer les ARMYs assis.e.s de l’autre côté, en face de leurs écrans. En dehors de ça, j’obtiens toute mon énergie des ARMYs assis.e.s juste en face de moi. C’est à ce point qu’iels comptent pour moi. C’est complètement différent.

 

Le concept du BTS 2021 MUSTER SOWOOZOO était similaire à celui d’un concert avec une audience. Cela a dû te faire penser aux ARMYs encore plus.

JungKook : Sérieusement, je vais bien tant que je peux performer. Si nous étions en tournée, en un an je pourrais organiser plus de concerts. Je l’ai ressenti plus intensément puisque nous ne pouvons pas nous produire devant un public. Wow, j’ai vraiment pris les choses pour acquises tout ce temps. J’aurais dû faire plus.

 

Tu dois être déçu. C’est l’heure pour toi de briller en tant que chanteur et performeur.

JungKook : (soupire) Je…, et bien, d’abord il faut que je me dépêche et que je finisse ma mixtape (rires).

 

Comment avance ta mixtape ?

JungKook : J’étais justement en train de travailler dessus avant de venir. Mais c’est difficile ! (rires) Je pourrais simplement parler de moi, et ça serait quelque chose comme…, j’ai commencé à être stagiaire quand j’avais 13 ans, j’ai travaillé dur, et j’ai trouvé le succès. Mais n’importe qui peut faire ça. Alors j’ai continué à penser que je voulais faire ma propre histoire qui serait à la fois originale et complexe et écrire des chansons à partir de ça. A cet égard, le premier album de Billie Eilish m’a énormément marqué quand il est sorti. Ce serait aussi bien d’avoir un flux cohérent le long de la liste de chansons. Mais même si tout est mélangé, c’est bon aussi ; tant que de bonnes chansons continuent d’arriver. C’est un peu ma façon de penser. Alors ces derniers temps, plutôt que de me focaliser sur l’histoire de l’album dans sa globalité, je vais juste écrire tout ce que j’ai envie de dire dans chaque chanson. Si je ressens quelque chose tout de suite après avoir écouté la piste, je vais essayer de le réaliser. Et je vais essayer de le faire d’une façon un peu plus légère.

 

Ce ne doit pas être facile pour toi de te concentrer dessus si tu es occupé à droite et à gauche par toutes les choses à faire.

JungKook : C’est pas grave si ça prend longtemps — ce qui est difficile, c’est surtout de travailler dessus que partiellement. Je veux dire, si je reste debout tard pour travailler, c’est difficile de tenir le coup le lendemain (rires). Je suis resté éveillé très tard encore hier soir et j’ai dormi entre mes rendez-vous d’aujourd’hui, mais je vais continuer à travailler comme ça aujourd’hui et ensuite travailler sur ma mixtape, quoiqu’il arrive. Je vais faire de mon mieux pour la sortir dès que possible. Je veux écrire et enregistrer énormément de choses.

Est-ce qu’il y a des choses à propos de toi, en dehors de ton travail ou des concerts, que tu veux montrer aux ARMYs, en tant qu’individu ?

JungKook : Je veux leur montrer, humm…. juste mon vrai moi, Jeon Jungkook. Que je suis plutôt facile à vivre, très honnête, et rien de spécial.

 

Quel genre de personne penses-tu être aujourd’hui ?

JungKook : Je suis,… je suis une personne…. paresseuse(rires).

 

Tu es vraiment très dur avec toi-même (rires). Comment peux-tu être paresseux si tu fais partie de BTS ?

JungKook : Non, je suis vraiment paresseux (rires). Si j’étais seul, je manquerais beaucoup de mes rendez-vous (rires). Mais je dois éviter de faire une quelconque erreur quand nous fonctionnons en tant que groupe. Je suis vraiment paresseux, et — oh, je pense beaucoup trop parfois. Je pense beaucoup plus que les gens ne le croient, et je fais les choses à ma façon. De plus, même si je ne prends pas en compte ce que les gens peuvent penser de moi, je m’en inquiète quand même un peu (rires). J’en sais rien. Je suis un peu maladroit –? Mais j’essaie de vivre pleinement– je suis ce genre de personne (rires).

 

Merci pour l’interview. Oh, d’ailleurs, j’ai aimé ta fancam de “Butter”. Tes mouvements étaient d’une grande finesse.

JungKook : Vraiment ? Vous pensez que je me suis amélioré ? (rires).