Interview de V

Article publié dans le Weverse Magazine, le 29 juillet 2021. Traduction par #Elvira

Interview V Butter

❝ J’ai l’envie de parfaire une chose cool à mon sujet. ❞
V

Pendant son interview, V s’exprime sans se hâter. Mais il y eut un moment où il parla sans reprendre son souffle. Découvrez ce moment dans l’interview ci-dessous.

Vous écoutez beaucoup de vieilles musiques sur vinyles. Est-ce qu’il y a une musique d’un artiste qui vous a particulièrement enthousiasmé depuis votre dernière interview avec Weverse Magazine ?

V : J’ai à nouveau écouté la musique de Louis Armstrong. Et j’ai choisi quelques albums avec une jolie pochette qui contient dedans aussi beaucoup de très bons hits.

 

Comment vous sentez-vous quand vous écoutez ces musiques classiques ?

V : J’ai l’impression d’un peu me détendre. Si j’écoute une musique quand je me sens déprimé et que j’y médite un peu, les choses qui me préoccupaient disparaissent, et je commence à me sentir bien plus détendu. Et ça me fait m’imaginer des choses dans ma tête. Par exemple, quelques chansons lorsque je les écoute me font penser à quelque chose que je pourrais voir devant moi en marchant sur une route quelque part la nuit. Je pense qu’instaurer une ambiance pour les auditeurs est la chose la plus importante. L’ambiance sera vraisemblablement différente pour chacun, mais pour moi, ces chansons sont les mieux pour instaurer une belle ambiance sur le moment.

 

Vous avez dit être inspiré par des artistes du passé comme Sammy Davis Jr. pour votre prestation dans “Dynamite”. Y avait-il d’autres artistes qui vous ont inspiré pour “Butter” ?

V : Eh bien, il y a avait Billy Joel. Quand je tourne un clip vidéo, je pense plus à un film qu’à un artiste. Et quand je suis sur scène, pour certaines chansons je pense à la façon dont les films comme Reservoir Dogs ont l’air. Pour “Butter”, j’ai regardé beaucoup de films pour adolescents. Et des comédies musicales. Après ça, je me suis mis à regarder par hasard sur Youtube une vidéo de quelques scènes d’un vieux film pour adolescents que Johnny Depp avait fait [le film s’est avéré être Cry-Baby]. L’image que j’en ai retirée était vraiment intense. C’est le look que j’ai utilisé dans “Butter”.

 

“Butter” avait l’air d’une comédie musicale pour adolescents pour moi et maintenant je sais pourquoi.

V : Je l’ai interprété comme dans une comédie musicale pour adolescents, comme vous l’avez dit. Quand nous avons tourné le clip vidéo de “Butter”, j’ai vraiment, vraiment essayé de tourner la partie dans l’ascenseur pour que ça ait l’air d’un film pour ados. Bien que beaucoup de prises aient été montées, donc tout n’était pas là. (rires)

 

Quel genre de sentiment ressentez-vous devant ce genre de film pour adolescents que vous trouvez si charmant ?

V : Pour moi, les films d’adolescents montrent une jeunesse et rendent compte de cet âge. Je pense qu’ils rendent compte d’un mix d’émotions et d’énergie, et d’une ambiance complètement particulière et différente d’un autre âge que tout le monde expérimente à cet âge. Si vous regardez les films d’ados, ils débordent d’énergie et de pleins d’émotions ensoleillées, mais derrière tout ça ils ne sont pas aussi joyeux qu’ils le paraissent. Ils sont vraiment lumineux, mais la couleur en elle-même semble n’être qu’un filtre de couleurs. On a l’impression qu’ils possèdent un filtre différent des autres films, alors j’ai essayé de penser à ces films d’adolescents quand nous avons tourné le clip vidéo et offert les prestations.

 

Cette impression de film pour adolescents semble partagée en deux entre « Butter » et « Permission to Dance ». D’après les vignettes des vidéos de fancam qui ont été publiées sur la chaîne YouTube de BANGTANTV, « Butter » semble mettre en scène un personnage vraiment cool, tandis que « Permission to dance » ressemble plus à des adolescents souriant aux enfants.

V : L’ambiance de films d’adolescents dans « Butter » et “Permission to Dance” est différente de l’une et de l’autre. Dans « Permission to Dance”, nous avons montré l’image joyeuse à laquelle les gens pensent habituellement lorsqu’ils pensent aux films pour adolescents.

Interview V Butter

Pensez-vous que le fait d’avoir choisi l’ambiance de films pour adolescents a influencé votre manière de chanter, pour qu’elle devienne le nouveau style que vous avez utilisé ? Dans “Butter” vous aviez toujours votre signature vocale mais sans les notes graves, ce qui donnait un tout nouveau sentiment.

V : C’est parce que, quand on nous donne un concept, nous devons présenter les voix qui vont avec. Je pense que mon style de chant s’est assorti au concept, alors je suis relativement satisfait. Il n’y avait rien de particulièrement difficile à propos du changement de style en lui-même ; contrairement à un changement de voix, il suffit de modifier seulement sa technique vocale. Cela dit, même si les notes dans “Butter” étaient hautes pour moi, j’ai pu les atteindre ! (rires)

 

J’imagine donc que cette fois-ci, atteindre les notes aiguës, était votre mission en tant que vocaliste.

V : Je travaille depuis longtemps pour compenser mes points faibles. Par exemple, je pensais que j’étais moins bon quand il s’agissait des notes aiguës parce que je chante beaucoup les parties graves et j’ai pour l’habitude de chanter de manière fluide. Mais j’ai eu quelques problèmes quand nous enregistrions “Dynamite” et j’ai dû chanter les notes aigües du refrain. J’étais tellement énervé (rires) alors j’ai travaillé énormément.

 

Qu’est-ce que ça fait de voir les résultats que vous obtenez avec “Butter” maintenant après tout cet effort ?

V : J’essaye juste de ne pas me reposer sur mes lauriers. Par exemple, au lieu de savourer cette émotion, j’ai l’impression que je devrais aller me coucher plus tôt pour tout ce que je dois faire le lendemain ? Retrouver rapidement une forme optimale c’est ce qui compte, alors je n’ai pas vraiment eu le temps de me réjouir. Je travaille juste dur au travail comme je le fais d’habitude.

 

Pour vos voeux du Nouvel An sur Youtube, vous avez dit que vous regrettiez de ne pas avoir pu faire le spectacle que vous vouliez pour les ARMYs, et que votre résolution pour 2021 était de “suivre mon propre rythme et modèle” quand vous travailliez sur de la musique. Pensez-vous que votre rythme personnel et votre rythme professionnel sont en phase cette année ? 

V : Non. [Mon rythme professionnel est] rapide, si rapide. (rires) Nous avons tant de choses que nous devons préparer puisque nous sommes constamment en pleine promotion. Cela peut être éprouvant quelques fois, mais dans un sens, je pense que ça me donne aussi une opportunité de devenir un peu plus fort.

 

J’imagine que cela signifie beaucoup pour vous de travailler pour vos propres chansons, parce que vous pouvez entrer dans votre propre monde. Vous avez aussi produit “Blue & Grey” quand vous avez vécu un moment difficile, et c’est donc devenu une chanson qui vous a permis de vous identifier à de nombreuses personnes et vice versa. Avec du recul, de quel genre de chanson se rappellera-t-on de “Blue & Grey” d’après vous ?

V : Je pense qu’avec “Blue & Grey”, je voulais simplement que cette chanson fasse comprendre aux autres ce que je ressentais, et comment nous allions, à cette époque où c’était un peu mieux. Bien évidemment, tout le monde passait un moment difficile, mais je pense que je voulais partager ce genre d’émotions tel qu’il était, avec les ARMYs ; y compris les difficultés que nous avons rencontrées dans notre évolution en maturité. Et, pour le dire autrement, je pense que j’ai juste eu envie de le montrer [note traducteur : que j’essayais de transmettre ces émotions]. (rires) Même si je ne pouvais pas transcrire ces sentiments en mots, je pensais que c’était okay de vouloir le montrer. J’espère simplement que les gens ont pu comprendre ce que je ressentais ; ce n’est pas grave si on l’oublie par la suite.

Interview V Butter

Dans l’interview du “Be-hind Story” sur Youtube, vous avez parlé de la première phrase de “Blue & Grey” : “Où est mon ange?” Vous avez expliqué comment, quand vous avez ce genre de problèmes, vous fermez les yeux et espérez que votre ange vienne et y réfléchisse. Y-a-t’il des moments où votre ange a l’air de comprendre ce que vous ressentez, comme vous l’avez mentionné ?

V : Quand je le fais, j’en obtiens beaucoup de réponses. Je ne suis pas croyant, mais à chaque fois que j’ai ce genre de problème, je ferme les yeux et j’y réfléchis. Est-ce bien la façon dont je pense à ça, ou pas ? Ce sont simplement des questions auxquelles il faut répondre par un oui ou par un non, comme par exemple quand on se demande “Ma tenue est-elle bien aujourd’hui ?”. Au lieu de t’inquiéter de ce que tu dois faire, si tu abordes ceci sous la forme de question, tu obtiens la solution sous forme de réponse. 

 

J’imagine que cela peut marcher quand vous cherchez une source d’inspiration dans votre vie, mais qu’en est-il pour votre musique ? Dans votre précédente interview pour Weverse Magazine, vous disiez que vous écriviez sur un bloc-note à chaque fois que vous ressentiez quelque chose.

V : J’écris sur mon journal en espérant que cela m’aidera quand j’écris des paroles et comme ça je n’oublie pas ces émotions. Je le fais constamment, j’ouvre mon journal à chaque fois que quelque chose arrive. Je copie dans mon application de notes les mélodies qui me viennent en tête, des paroles, et d’autres choses de mon journal, et lorsque je fais une pause ou que j’ai envie de travailler, j’ouvre mes notes et je me dis : “Essayons ça aujourd’hui”, et puis je cours au studio.

 

Vous avez sorti “Snow Flower”, avec Peakboy de V, le jour de Noël. Est-ce une autre chanson qui vous a poussé à courir au studio pour travailler dessus après qu’une émotion vous soit venue ? 

V : Pour cette chanson, j’étais en train de boire avec quelques musiciens plus âgés, quand nous parlions de faire une chanson ensemble, et puis nous nous sommes mis à dire, “Eh bien, est-ce que vous pensez que nous avons le temps de le faire ?” Alors nous nous sommes décidés à le faire à ce moment-là puisque tout le monde était disponible. Ma mixtape était retardée, alors je voulais au moins jouer une chanson différente pour les ARMYs, et j’ai pensé, puisque j’étais un peu pompette (rires), j’ai pensé que je devais essayer d’écrire quelque chose. Alors j’ai écris la chanson très rapidement. Peut-être en trois heures.

 

Même si vous l’avez fait rapidement, la composition est assez complexe et comme “Blue & Grey” elle possède une atmosphère unique.

V : Il y a des fois où je suis, comme, dans le feu de l’action (rires) et je peux faire une chanson en une seule prise, mais quand je ne le sens pas, je finis par la revoir encore et encore. Et je ne veux pas que la composition soit trop évidente, alors j’essaie de changer la façon dont la mélodie défile.

 

Avec ce genre d’images précises qui vous viennent en tête presque immédiatement, qu’avez-vous imaginé pour cette chanson ? 

V : On peut penser que “Snow Flower” évoque un flocon de neige*, mais en réalité, je pensais à la neige et aux fleurs séparément. J’ai commencé à espérer que les fleurs ne fanent plus et qu’elles continuent à éclore pendant les jours neigeux. Mais en réalité, quand il a neigé, toutes les fleurs étaient écrasées, le monde était recouvert d’une couverture de neige, et j’avais l’impression que les boutons de fleurs se transformaient en fleurs de neige. J’ai écris cette chanson à propos de ce que j’ai ressenti après avoir assisté à ce phénomène.

*Note traducteur : dans le texte original le mot ‘눈꽃’ est utilisé. Il évoque les flocons de neige qui se déposent sur des branches d’arbre ou sur un paysage, comme pourrait de la même manière pousser des fleurs => en effet 눈꽃 en coréen est composé du mot 눈 qui veut dire la neige et du mot 꽃 la fleur. Ici il évoque certainement le passage à l’hiver lorsqu’à la place des fleurs, ce sont les flocons de neige qui habillent le paysage.  

 

Ça doit être important de ressentir les choses intuitivement quand on essaie de s’exprimer par la chanson.

V : Si ça sonne bien pour moi : c’est approuvé. (rires)

 

D’un autre côté, en tant que membre de BTS, vous avez un travail où vous devez gérer avec un calendrier chargé et tenir compte des différentes situations. Comment vous vous sentez par rapport à ça ? Quand vous avez célébré votre victoire au classement du Billboard Hot 100 sur V LIVE et que le sujet de vos vêtements est survenu, vous avez blagué en disant que vous les portiez pour donner l’impression d’être une idole.

V : C’est amusant. C’est amusant, mais je peux aussi dire que c’est dur. Les performances sont amusantes. Je pense que les idoles devraient briller d’une manière qui est adaptée pour leur âge, et c’est important de faire beaucoup de choses pour les fans comme les ARMYs. Pas seulement des performances, mais aussi publier des photos, avoir des discussions avec elles/eux/iels sur les réseaux sociaux, créer du contenu. Nous sommes des artistes et des idoles, alors nous pensons que chacune de ces choses est importante. Ce sentiment ne changera pas simplement parce que nous avons obtenu tant de succès.

 

Vous avez récemment tenu un événement improvisé sur Weverse pour les ARMYs.

V : Je suis sûr qu’il y a pleins d’ARMYs qui en ont assez de ne pas pouvoir nous voir en personne. Mais comme la seule chose que nous pouvons faire pour elles/eux/iels c’est d’être sur scène etc…, j’avais peur que nous n’en fassions pas assez pour elles/eux/iels. Et j’adore tellement pouvoir parler avec les ARMYs que maintenant c’est comme devenue une habitude de lire leurs publications. J’ai quelque chose aujourd’hui. J’ai un examen aujourd’hui. Je déménage aujourd’hui. Dans un sens, je me sens mieux en lisant leurs histoires. Quand je lis des choses comme la façon dont les ARMYs vivent ou le genre de vie qu’iels ont, je ne peux m’empêcher d’écrire une réponse, et grâce à ça elles/ils/iels répondent, donc j’essaye d’être plus amical de façon plus amusante aussi. Je veux qu’on soit plus que les Bangtanies numéros un dans les Billboard, je veux qu’on soit les partenaires des ARMYs, leurs meilleurs amis, l’ami qui est toujours à leurs côtés quand nous ne sommes pas sur scène. On a l’impression que c’est du business quand je parle de communiquer avec les ARMYs. (rires) Je veux juste parler avec un ami proche. Je veux parler avec un ami proche, – c’est exactement ça que je ressens. Cela fait un moment que je n’ai pas pu voir mon ami, ARMY. Habituellement quand les amis ne peuvent pas se voir ils gardent le contact tout le temps. Je peux parler de toutes ces choses avec les ARMYs grâce à la plateforme Weverse, et parce que je peux lire tout sur leurs vies, je pense que j’ai pu aller sur Weverse et organiser ce genre d’événement.

 

Vous n’avez pas arrêté de parler des ARMYs pendant plusieurs minutes. J’allais vous demander ce que vous pensiez des ARMYs, mais je pense que vous avez déjà répondu à la question. (rires)

V : Iels sont juste, eh bien, des amis que je détesterai perdre. Des amis qui me donnent vraiment de la force dès qu’iels sont là. Bien souvent, on trouve ce genre d’amis dans la vie. C’est comme ça avec les autres membres, et j’ai d’autres amis avec qui je peux partager mes sentiments. Et j’ai les ARMYs. Alors je ne peux pas m’empêcher de faire tout ce qui est en mon pouvoir pour faire sourire ces gens et les rendre heureux.

Interview V Butter

Eh bien, ya-t’il une chanson que vous avez entendue et que vous voudriez partager avec les ARMYs ? Une chanson qui partage vos sentiments.

V : Hum, récemment… “No. 1 Party Anthem” des Arctic Monkeys. Quand j’écoute cette chanson… Je deviens ému en quelque sorte. Habituellement, je n’écoute pas beaucoup de musique rock, mais je peux tout de suite sentir les émotions du groupe avec cette musique. J’ai vraiment des frissons quand je l’écoute, et je suis ému, je ressens toutes sortes de sentiments. C’est au point que, dès que j’entends cette chanson, je pense à la façon dont je veux vraiment bien vivre.

Cette chanson compte beaucoup pour vous.

V : En réalité, je ne comprends pas ce qu’il se passe avec cette chanson. Je ne connais même pas les paroles, mais je sais très bien quel genre d’émotions la mélodie et la performance du groupe me procurent.

 

N’avez-vous pas l’impression que c’est une émotion que vous voulez exprimer aux gens, en tant qu’artiste ? Comme si vous n’aviez pas besoin d’expliquer vos messages en détail ?

V : Je ne sais pas. Je veux juste échanger le bon, et être celui qui accueille le mal. J’ai l’envie de parfaire une chose cool à mon sujet.

 

Donc à votre avis, où en êtes-vous sur le chemin de l’artiste en devenir qui a perfectionné quelque chose de cool ?

V : Je dirai 2%. Cela augmentera un jour ou l’autre. (rires).