Interview de Jimin

Article publié dans le Weverse Magazine, le 23/11/20202. Traduction par #Blue

Lorsqu’il parle, Jimin commence souvent ses phrases par des termes comme, “J’ai juste…”, “C’est juste… », “Ils ont juste…”. Mais ensuite, il continue immédiatement à parler à coeur ouvert sur ses sentiments, donnant toujours une réponse sincère.

Sur l’un des Vlive d’octobre dernier, tu portais les vêtements que tu avais prévu de mettre à l’aéroport si vous étiez partis en tournée.

Jimin : Je n’avais pas vraiment remarqué, mais je pense que j’ai finalement accepté la réalité de notre situation actuelle.

Par “situation”, tu sous-entends la difficulté à rencontrer vos fans en personne ?

Jimin : Oui. Si nous avions dû monter sur scène dans cette situation, ou interpréter nos chansons, je ne sais pas comment nous aurions fait pour y arriver. Mais en même temps, c’était comme si quelque chose qui s’était fermé et bloqué s’était rouvert à nouveau. Ce n’est pas la même excitation que nous avions ressenti lors des périodes de tournée, donc c’est facile de se sentir épuisé. Mais, comme lorsque nous faisons de nouvelles chansons, j’essaie de faire tout ce que je peux.

“BE” semble parler de la façon de prendre soin de ses sentiments et du moyen d’aller de l’avant.

Jimin : J’avais le rôle d’écouter ce que tous les membres voulaient inclure dans l’album, mais c’est davantage un album à propos du présent plutôt que de nos sentiments individuels. Nous avons parlé ouvertement de la façon dont nous passions tous un mauvais moment et comment nous essayons de faire de notre mieux pour le surmonter, et c’est devenu l’album.

En tant que chef de projet de “BE”, comment as-tu procédé pour rassembler et organiser les idées de tous les membres ?

Jimin : Je suis devenu chef de projet parce que Yoongi a recommandé que je le fasse, mais je ne pensais pas que je devais diriger quoi que ce soit, mais plutôt de faire en sorte que les autres membres puissent faire leur travail rapidement et facilement. Habituellement cela signifie les questionner sur leur opinion, ou échanger sur nos opinions avec l’agence. Donc, je collectais les idées, les organisais, puis disais “Ce sont quelques idées que nous avons retenues. Qu’en pensez-vous ?” — puis je leur demandais à nouveau, s’ils disaient okay, je les soumettais à l’agence, et s’ils faisaient une chanson, je l’envoyais aussi.

Comment faisais-tu avec les membres qui mettaient trop de temps à proposer leurs idées ? (rires)

Jimin : Je mentionnais leur nom dans notre discussion de groupe, et cela les faisait répondre. (rires) A chaque fois que je disais qu’un tel ou un tel n’avait pas encore soumis ses idées, tous les autres répondaient, “Dépêchez-vous les gars!” et donc ils me les envoyaient.

Ça a l’air agréable pour un des membres d’être le chef de projet. (rires) Comment as-tu accueilli toutes les différentes idées ?

Jimin : Quand nous avons commencé, nous nous sommes assis pendant une heure et nous nous sommes dit : si on se sent opprimé, on fait simplement une chanson sur le sentiment de désespoir, si on veut donner de l’espoir aux autres, on y va et on écrit une chanson remplie d’espoir. Trouvons le sujet et travaillons à partir de là. Et puisque nous sommes sept, et que l’album concerne les événements actuels, ajoutons un skit pour faire sept chansons ; et ne mettons aucun solo. Faisons quelque chose sur lequel nous pouvons travailler tous ensemble.”

Cette approche a dû être bien différente de la façon dont vous travailliez sur vos précédents et récents albums.

Jimin : Nous n’avons jamais dit quelque chose comme, telle personne fera telle chanson et quelqu’un d’autre fera celle-là. Nous prenions juste une chanson et disions, “Qui veut faire ci ? Qui veut faire ça ?”, je suis devenu plus ambitieux, et je voulais que les autres membres se rendent compte du travail que je faisais. Et parce que c’était vraiment amusant de travailler ensemble, à chaque fois que je faisais quelque chose, je leur montrais immédiatement. J’aimais aussi quand ils me complimentaient, c’était encore plus plaisant. Quand les chansons étaient presque finies, nous espérions que les fans puissent être capable de ressentir toutes ces émotions que nous avions ressenties, bien qu’il y en ait quelques unes qui n’aient pas été retenues. (rires) C’était vraiment amusant.

On pourrait dire qu’alors qu’il est important de transmettre des chansons aux fans, le processus de création est lui aussi important.

Jimin : Il n’y pas si longtemps, j’ai appris quelque chose de nouveau sur moi-même : Je suis le genre de personne qui aime être aimé. Avec du recul, j’ai réalisé que ce que je fais, je le fais non seulement pour le travail, mais aussi pour être aimé par mes amis, ma famille, le groupe, et les fans. C’était vraiment difficile de conserver toutes ces relations, mais j’ai pu me sentir épanoui une fois que j’étais sûre de cet amour et de la complicité dans mes relations. C’était comme obtenir quelque chose par moi-même.

Plutôt que d’être simplement aimé, n’est-ce pas plutôt une satisfaction résultant des efforts que ce travail demande et du profond sentiment de confiance que cela crée ?

Jimin : J’avais l’habitude de penser plus souvent à ce que j’obtenais d’eux plutôt qu’à ce que je faisais pour les autres. Même si je ne dois strictement rien aux fans ou aux membres du groupe en retour, je ressens comme une profonde et sincère reconnaissance pour tout ce qu’ils font pour moi. J’ai aussi pu voir le vrai visage de certaines personnes, des personnes qui ne se soucient pas vraiment de moi. Plutôt que de repousser ces gens, j’ai appris à réagir avec moins d’émotions. Aussi, j’ai été capable d’être plus honnête émotionnellement avec les personnes qui étaient vraiment bienveillantes avec moi.

C’est devenu de plus en plus difficile d’exprimer ce genre de sentiments envers les fans ces derniers temps. La seule solution qui reste est de leur parler au travers de vos chansons. Quel est votre message cette fois-ci ?

Jimin : Il y a un message dans chaque album et clip que nous faisons; mais vous n’avez pas à comprendre chaque message, j’espère seulement que vous apprécierez de l’écouter et de le regarder. C’est une première chose. J’espère vraiment que vous aimerez les chansons et les vidéos dont j’ai travaillé pour qu’elles ne soient pas ordinaires, j’en ai pris grand soin et me suis beaucoup entraîné pour vous présenter quelque chose de parfait.

Sur ce point, j’ai l’impression que ton chant et ta danse ont quelque peu changés. Tes performances dans Black Swan et Dynamite sont totalement différentes, mais peut-être parce que tu as modifié ta silhouette ; tu nous laisse l’impression que ta danse est devenue plus harmonieuse. En tant que danseur, que souhaites-tu exprimer ?

Jimin : J’espère seulement que mes émotions se transmettent. Je veux simplement que les émotions que je consacre dans ma danse, mes actions, et mon chant soient ressenties. J’ai eu beaucoup de retours, j’ai demandé autour de moi, fait quelques recherches et j’ai trouvé que pour chaque émotion que l’on veut exprimer sur scène, il y existe une silhouette adaptée. Nous avons tous des types de corps différents. Alors dans le but d’avoir le corps qui puisse au mieux exprimer mes émotions d’après mon âge, j’ai suivi un régime strict, mais je ne m’y tiens pas aussi exactement qu’avant. (rires)

Si tu regardes ta danse dans Dynamite, ton corps, particulièrement quand tu te retournes, semble différent. Tu as l’air plus léger. Quels effets ta nouvelle silhouette a-t-elle eu sur tes mouvements de danse ?

Jimin : Je ressemble à ce à quoi je veux ressembler quand je suis autour de 58 kg, alors j’ai suivi un régime et j’ai perdu 5kg. C’est l’apparence que je voulais présenter aux autres. Je ne peux pas être objectif à propos de moi-même, mais je voulais tout de même dégager une certaine aura. Dans le passé, j’ai vraiment essayé d’éviter le superflu, je me concentrais moins sur les choses nouvelles et davantage sur ma manière d’éviter les erreurs, je me suis empêché d’aller au-delà de mes capacités. Mais dans Dynamite, j’ai essayé des expressions que je n’avais jamais essayées auparavant. Je voulais que, quand les gens verraient cette vidéo, qu’ils soient capables de voir que j’avais vraiment mis de l’importance sur ce point ; alors pour cette chanson, j’ai essayé d’être sentimental et – comment dire – j’ai même essayé d’avoir l’air suave (rires) et drôle, aussi. J’ai fini par me concentrer sur la peinture d’un seul tableau plutôt que sur chaque élément individuel.

Et que voulais-tu montrer ?

Jimin : Nous n’avons pas pu faire de vraies représentations durant la COVID-19. Je voulais montrer que nous n’avions pas gâché tout notre temps et que nous avions surmonté tout ça et continué à travailler dur. Mais représenter ce “dur travail” par la danse avait l’air d’être vraiment fatiguant, alors j’ai souri et dansé durant tout le tournage de Dynamite.

Comment cela a-t-il été possible ? Cela ne devait pas être facile de garder la motivation de tout le monde.

Jimin : Avec la propagation de la COVID-19, cela nous a pris un moment pour véritablement croire à notre première place au Billboard Hot 100. Quand nous avons vérifié sur nos téléphones que nous avions bien la première place, nous étions stupéfaits, mais tout cela était dur à croire, bien que nous étions tous en train de pleurer (rires). Mais quand la COVID-19 a frappé pour la première fois, nous nous sommes dit, “Ah, tout cela va vite passer et nous retournerons en tournée”. C’est la raison pour laquelle nous nous sommes dit, même si cela devenait difficile, “donnons tout ce qu’on a pour l’année prochaine”. Donnons tout jusqu’à nous effondrer.. C’était ce que nous avions prévu, mais nous étions vraiment déçus. Le pire était quand nous avons appris qu’il serait très compliqué de performer cette année, ma tête s’était … vidée, en quelque sorte. Mon esprit était vide. Nous ne pouvions pas non plus faire de pause. D’autres personnes ont eu beaucoup de mal à le faire mais nous avons pu continuer à travailler. Je ne savais pas si nous devions être plutôt contents ou tristes à ce propos. Nous n’avions pas les réponses. C’était vraiment difficile.

Comment as-tu surmonté tout ça ?

Jimin : Si un journaliste ou n’importe qui d’autre m’avait demandé quel était mon objectif, je leur aurais dit que je souhaitais me produire sur scène avec les autres membres pour encore très longtemps, et c’est probablement encore mon plus grand but ; toutefois je dis aussi aux autres membres : “Je veux être avec vous les gars pour vraiment encore très longtemps”. Je pense que nous nous transmettons bien ce sentiment les uns envers les autres. Je craignais sérieusement que le groupe ne s’épuise. Mais ils rigolaient les uns avec les autres, ils s’encourageaient. Nous avons eu plus de temps pour discuter ensemble, alors peu importe ce qu’il se passait, nous pouvions toujours en parler autour d’un verre à la maison et y trouver une solution.

interview jimin 5

Qu’est-ce qui te fait prendre ton travail au sérieux ?

Jimin : Je veux vraiment aimer ce travail pour tous ses aspects. Si nous voyions simplement notre métier comme un travail, nous serions toujours après l’argent, mais je n’ai jamais pensé que la dynamique du groupe, ou la relation que nous avons avec nos fans, reposait là-dessus. Mais je pense que si nous sommes épuisés mentalement et physiquement, le travail devient une corvée, et toute relation finit forcément par en souffrir. C’est ce dont j’avais peur.

La chanson Dis-ease parle de ce que chacun des membres ressent vis-à-vis du travail. Que penses-tu de ton travail ?

Jimin : Je ne considère pas que pratiquer ma profession principale, se produire sur scène et chanter, signifie “aller au travail”. Mais quand je fais quelque chose d’autre avec une caméra braquée sur moi, je le ressens comme “un travail”. Chanter et se produire devant nos fans n’est pas du travail – c’est quelque chose que je veux vraiment, sincèrement, faire.

Tu as aidé à écrire Dis-ease, n’est-ce pas ?

Jimin : Seulement le bridge. J’enregistrais avec Pdogg et il y avait une partie qui n’avait pas de mélodie, alors – dois-je appeler ça de l’improvisation ?- j’étais juste en train de chanter quelque chose sans m’en rendre compte, et il m’a alors demandé de le chanter à nouveau. Je lui ai donc demandé s’il était sûr, et m’a ensuite demandé d’écrire la mélodie, donc j’ai fini par le faire.

Certaines des autres chansons de BE donnent aussi cette impression, mais Dis-ease rappelle tout particulièrement le hip-hop coréen d’avant.

Jimin : Je le pense aussi. Je me remémore il y a 20 ans quand j’en chantais. La majorité de la chanson a été écrite par J-hope, alors c’est peut-être que moi (rires) mais j’avais l’impression de chanter les parties vocales qui avaient encore un point d’interrogation pour savoir qui allaient les faire. Je faisais vraiment tout ce que je voulais, alors j’ai dû en quelque sorte me retenir (rires), mais c’était amusant.

Est-ce qu’il y a un moment où vos voix ont changé durant l’enregistrement ? Il y a beaucoup de parties dans BE où tu utilises presque ta voix parlée.

Jimin : D’habitude, j’ai déjà une vue d’ensemble de comment je vais chanter ma partie, mais cette fois-ci ce n’était pas le cas. Pour Life Goes On, spécifiquement – cette chanson n’était pas à propos de moi, mais je ne pouvais pas m’empêcher d’avoir de l’empathie ; alors de suite, je l’ai interprétée sans avoir à penser à la façon dont ma voix devait raisonner. Je n’ai pas eu à penser précisément à une de mes émotions que j’aurai pu vous exprimer. J’ai juste enregistré exactement les sentiments que j’avais quand je chantais.

Il y a une chanson qui s’appelle Telepathy. Quand vous vous êtes filmé en direct sur YouTube durant la production, le groupe a mentionné le concept de télépathie, j’ai alors pensé que cette chanson était directement adressée à vos fans. Si vous pouviez leur parler grâce à la télépathie, que leur dirais-tu ?

Jimin : Les gens ont un grand cœur, et j’espère qu’ils ne l’abandonneront pas. Tu m’as interrogé sur la télépathie, mais je pense que nous avons réellement une connexion par la télépathie avec nos fans. Ce n’est pas aussi clair que le cristal ou quoique ce soit, mais je pense que si nous sommes sincères alors ils peuvent le ressentir, en quelque sorte. Je pense que c’est pourquoi nos fans nous encouragent et sont toujours à nos côtés.

Et dans l’autre sens ? Que voudrais-tu entendre de la part de tes fans ?

Jimin : Une chose dont j’ai toujours été curieux, à propos de nos fans, est de connaître la chose la plus difficile qu’ils ont vécu dans leur vie. Ce pourquoi chacun d’entre eux se battent, ce qui les rend heureux – je suis vraiment curieux de le savoir. Nous nous confrontons aussi à nos propres difficultés, alors je me suis toujours demandé s’il y a quelqu’un dans la vie de chacun de nos fans qui leur demande s’ils vont bien. J’espère que tout ira mieux bientôt, que les gens ne baisseront pas les bras, et que les adultes suivront toutes les règles. En ce moment les enfants n’ont pas beaucoup de choix pour faire ce qu’ils veulent faire. J’imagine que beaucoup d’entre eux voient ça comme quelque chose qu’ils ont été forcé de faire par les adultes, alors j’espère que ces derniers leur expliqueront correctement la situation, ainsi ils pourront s’entraider eux aussi, pour mettre un terme à la pandémie.

Les actualités disent qu’ils ont fait un vaccin contre la COVID-19, tu pourrais donc revoir tes fans plus tôt que prévu. Que comptes-tu leur dire quand tu les reverras enfin ?

Jimin : Je ne pense pas que nous dirons quoique ce soit. Je pense que nous nous regarderons pendant un très long moment. Et si je suis capable de dire quelque chose, je leur dirai probablement, “Vous vous en êtes sortis. Maintenant, passons un bon moment ensemble.”