Interview de Jin

Article publié dans le Weverse Magazine, le 26 novembre 2020. Traduction par #Blue

Jin était calme et silencieux durant toute la durée de l’interview. Mais quand ses mots ont commencé à ressembler à ceux d’une conversation banale, ils se sont aussitôt modifiés comme s’ils nous racontaient l’histoire d’un personnage du drama complexe qu’est BTS.

Tu as travaillé sur les paroles de Stay.

Jin : La chanson commence avec les mots « Était-ce un rêve ?” ; c’est comme ça que j’en ai trouvé le thème. Nous avions l’habitude de voir nos fans et c’était génial, mais maintenant c’est quelque chose que nous ne pouvons plus faire. J’ai pensé que tout ceci ressemblait à un rêve. J’avais envie d’y exprimer ces mots “Nous avions l’habitude d’être si heureux ensemble, mais maintenant j’ai l’impression que votre existence n’était qu’un rêve”. J’ai trouvé l’intro et j’en ai parlé à RM. Il m’a énormément aidé.

Je suppose que tu as trouvé ces paroles à cause de la Covid-19.

Jin : J’ai écrit ces paroles il y a environ deux ou trois mois quand la situation de la Covid-19 ne semblait pas s’améliorer. Je voulais faire un autre concert et comme je l’ai dit, j’ai l’impression que mes souvenirs des ARMYs ne sont qu’un rêve : Ah, ils avaient toujours l’habitude d’être là avec nous, et ensuite ils ont disparu comme un souvenir– était-ce un rêve ? Nous reverrons-nous un jour ? J’avais ce genre de pensées.

On dirait que tu as eu beaucoup de mal à t’habituer à cette nouvelle situation.

Jin : Oui. Ça a été une partie de nos vies pendant des années, alors j’ai eu l’impression qu’une part de mon existence avait disparu. Quand nous avions un planning chargé, parfois je pensais que ça pouvait être sympa de ne pas avoir de travail, mais quand ce travail ne fut plus là, peu importe ce que je faisais, même si j’essayais de m’y noyer, tout perdait rapidement son sens. Je me sentais en insécurité quand je n’avais rien à faire puisque j’étais habitué à être très occupé ; me sentir en insécurité me pousse à penser davantage à ce que j’aime et à ce que je devrais faire pour être plus heureux en dehors du travail.

Dirais-tu que ton travail sur BE s’est imprégné de ça ? Rien qu’en regardant les photos de l’album, on peut voir que chacun d’entre vous a exprimé ses propres pensées au travers du design de ses pièces.

Jin : La mienne était la pièce aux bijoux. Ils m’ont demandé quel genre de concept je voulais pour ma chambre. J’ai réfléchi à ce que je voulais faire, et je voulais des gemmes. Je m’imaginais allongé avec des gemmes autour de moi, mais V qui était le directeur artistique a d’abord pensé que je plaisantais. (rires) “Tu es supposé décorer ta pièce, que veux-tu dire avec des gemmes ?”. Mais quand même c’était l’image que j’avais en tête alors nous sommes partis sur ce concept, sauf que ce n’était pas rempli de gemmes comme ce que je l’imaginais. Mais je me démarque vraiment dans le tableau, donc je suis satisfait du résultat.

Pourquoi as-tu choisi des gemmes ?

Jin : Et bien… J’ai une sorte de personnalité assez libre, du genre ‘je-fais-ce-que-je-veux’, et à cette période j’étais vraiment intrigué par les gemmes, alors c’est ce que j’ai choisi. Cette année avec la pandémie, j’ai eu plus de temps pour penser à ce que je veux et aux choses que je voudrais faire ; mais aussi essayer de nouvelles choses comme, jouer du piano, jouer aux jeux vidéos, ne pas y jouer, rencontrer différentes personnes. Mais encore maintenant, je ne peux pas vraiment dire ce que j’aime vraiment. Je ne pense pas avoir déjà pensé autant à moi-même, en dehors du travail. La meilleure réponse que j’ai trouvé était de faire tout ce qui pouvait m’intéresser sur le moment ; être fidèle à moi-même. Je suis plus quelqu’un de spontané que réfléchi. Certains diront que je devrais avoir un plan pour mon futur, mais je n’en ai aucun. (rires) Je pensais que je devais simplement faire ce qui me plaît.

Alors que signifie pour toi “faire ce qui te plaît” ?

Jin : Comme je l’ai dit, je suis quelqu’un qui vit littéralement dans le présent, alors j’ai tendance à oublier le passé et je ne me stresse pas pour le futur. Je sais que je n’oublierai pas les moments importants que j’ai passé avec les autres, mais j’efface toutes les mauvaises choses qui me sont arrivées dans le passé et les moments difficiles que j’ai vécus ; je suis réellement satisfait de ma vie maintenant et heureux de travailler dur. Comment peut-on se sentir heureux encore et encore pour quelque chose qui est arrivé dans le passé peut-importe combien c’était bien ? Vous pouvez être beaucoup plus heureux de trouver 10,000 Wons (approx. 7€) par terre dans le moment présent plutôt que d’avoir gagné 100 fois cette somme dans le passé. Je pense que je suis vraiment plus fidèle à mes sentiments en vivant dans le présent plutôt que de penser au futur ou au passé.

Même si tu dis faire ce qui te plaît, n’y a-t-il pas des choses auxquelles tu dois quand même faire attention, en étant membre de BTS ?

Jin : Il y a des règles à respecter comme le fait de ne pas traverser au feu rouge par exemple. Parce que si vous le faites, il peut y avoir un accident. Alors concernant ces choses-là, je les ai mises de côté comme des choses que je ne devais pas faire ; c’est pourquoi je n’ai jamais vraiment envisagé de les faire.

On dirait plutôt de l’auto-discipline. (rires)

Jin : C’est la même chose que de ne pas traverser au feu rouge si vous ne voulez pas vous blesser. Je peux rester heureux en vivant dans le présent à partir du moment où je ne fais rien que je ne devrais pas faire. Certains pourraient se sentir frustrés, mais ils peuvent aussi être le genre de personne qui traverse au feu rouge. (rires)

La chanson Dis-ease capture les pensées de chaque membre de BTS sur leur travail. Est-ce particulièrement difficile pour toi de séparer le travail de ta vie personnelle ? Ta vie étant influencée par ton travail.

Jin : Pour moi, le travail est la cause de beaucoup de choses dans ma vie. Naturellement, il y a des moments où je me sens stressé à cause de mon travail, mais ce que je fais me rend heureux et me permet de vivre des expériences spectaculaires. Parfois c’est intéressant, d’autres fois c’est épuisant. Je pense que je peux ressentir un spectre entier d’émotions grâce à mon travail. Je mène ma vie comme je le fais grâce à mon travail pour ainsi dire.

Comme tu viens de le faire, les autres membres ont aussi exprimé leur sentiments sur BE à propos de ce qu’ils ont traversé. En dehors de Stay, à quelle autre chanson t’identifies-tu ?

Jin : Je n’ai pas vraiment réfléchi à quelle autre chanson je m’identifie, mais je peux vous dire quelle chanson j’aime le plus: Blue & Grey par V. J’ai aimé cette chanson dès la première écoute, alors j’ai écouté la démo encore et encore.

Comment était la version de démo ?

Jin : Quand V l’a terminée pour la première fois et qu’il me l’a donnée, il n’y avait pas encore la partie rap. Il n’y avait aucunes lignes pour le rap mais ça semblait si unique. Il n’y avait que les instruments pour cette partie et cela me donnait le sentiment que c’était un temps pour réfléchir par moi-même. Bien sûr, j’aime la version complète avec le rap aussi, mais j’ai adoré quand même qu’il y ait de l’espace pour que nous puissions réfléchir. Cela faisait un moment que je n’avais pas eu ce sentiment en écoutant une de nos démos. La première était Spring Day, et la seconde fut Blue & Grey.

Il semble que tu aies trouvé la chanson parfaite pour ce moment où tu avais besoin de temps pour réfléchir.

Jin : Oui. Avant nos débuts, j’avais un but très clair : débuter. J’ai poursuivi ce but précis. Après que nous ayons débuté, je courais après le podium ; et après avoir obtenu la première place, je courais après les récompenses musicales plus importantes. Après ça, il y eut beaucoup d’autres récompenses comme celles des Billboard et des performances à réaliser, mais ce n’était pas un but comme celui que j’avais de débuter. Je suis juste heureux de travailler. Chaque moment passé a été merveilleux et tous sont devenus ma vie entière. Ce n’est pas les mêmes ambitions que lorsque j’étais stagiaire [trainee] parce que j’avais un but très sérieux en ces temps. Mais maintenant mon but est de vivre sans trop réfléchir à quoique ce soit. Peut-être que ce n’est pas réellement un but mais une sorte de mécanisme de défense.

Un mécanisme de défense ?

Jin : A force de trop réfléchir, vous risquez de vous épuiser d’une manière ou d’une autre. Alors tant que je ne pense pas trop, je peux encore travailler dur. Peut-être que c’est ce que j’appelle un mécanisme de défense : Si j’arrête et que j’y pense trop, je pourrais avoir trop de moyens pour me rabaisser.

Mais si tu t’imagines que quelqu’un d’autre a accompli les mêmes choses que toi, ne pourrait-on pas penser qu’il y a des choses dont il peut être fier ?

Jin : C’est vrai, mais je suis aussi un des sept membres de BTS. Penser à ce que j’ai accompli en tant qu’individu me semble être un fardeau. Jusqu’à ce que nous ayons finis de travailler sur Map Of The Soul: 7, je ne ressentais pas ce fardeau et je pensais que “Okay, nous avons tous fait un excellent travail. Je suis heureux avec ça.” Mais après que Dynamite ait atteint la première place du top 100 du classement Billboard et qu’on nous nous sommes engagés sur cette nouvelle voie, j’ai commencé à me demander si je méritais tout ça.

Mais tu as déjà vécu de nombreuses expériences considérables avant cela. Qu’est-ce qui t’as fait penser ainsi cette fois-ci ?

Jin : J’ai attendu de savoir sa position dans le classement pendant toute la journée, et juste avant d’aller dormir, Namjoon a envoyé un message à notre discussion de groupe. C’est à ce moment-là que j’ai réalisé que nous étions numéro 1 ! J’étais très heureux, mais quelque chose était différent. Peut-être parce que nous ne pouvions pas voir nos fans. Après Dynamite, nous avons reçu beaucoup plus d’amour d’encore plus de personnes, et même quand je marchais le long de la rue, les gens aurait pu dire des choses comme “Je suis un de tes plus grands fans” ou “Merci d’avoir présenté la Corée au Monde entier.” Alors j’ai commencé à penser, “Est-ce que je mérite toutes ces félicitations et cet amour ? Ce n’est pas moi–Je ne suis pas ce type de personne.” J’ai un peu surmonté ça, mais il y a quelques jours encore la pression était si intense que je n’arrivais pas à travailler.

Comment as-tu surmonté toute cette pression ?

Jin : Je viens juste de passer à autre chose. Comme avec la Covid-19, nous avons tous dû attendre et arrêter de bouger jusqu’à ce que tout aille mieux. En fait, après que Dynamite ait été numéro 1, nous avons été très occupés, alors j’ai moins pensé aux autres choses et j’ai naturellement évité toutes les questions de la vie. Je pense que c’est comme ça que je l’ai supporté.

Si tu avais les fans ici avec toi, peut-être que tu aurais moins ressenti de pression ou d’inquiétude. Peut-être c’est ce qui rend ce que tu fais incomplet comparé au passé.

Jin : Nous avons tellement fait et travaillé tellement dur, mais le résultat ne vous touche pas de la même façon, n’est-ce pas ? – L’excitation peut-être ?- n’est pas vraiment présente. Il y a une grande différence entre performer pour des gens et performer pour une caméra. La performance est en elle-même difficile aussi, bien sûr. Je dois m’entraîner pendant des mois une fois que nous commençons. Mais quand nous nous produisons devant les gens, je me sens vivant.

Si tu avais pu performer Dynamite sur scène devant tes fans, tu aurais probablement ressenti plus d’amour et tu aurais été peut-être plus confiant en prenant la première place.

Jin : Je veux faire de mon mieux devant les fans, quoi qu’il arrive. C’est bien plus amusant quand nos fans sont là, devant nous. Je ne pense à rien d’autre quand ils sont là avec nous. Pour les gens qui ne se produisent pas comme nous le faisons, quand ils s’amusent, ils ne pensent à rien d’autre et se concentrent simplement sur ce qu’ils font. Je pense que c’est la même chose quand nos fans sont autour de nous. Je n’ai pas à penser à autre chose parce que mes fans sont là, droit devant moi. Je m’amuse et j’oublie tout.

Avec un peu de chance, tu auras l’impression que tout sera rentré à la normale une fois que tu auras revu tes fans à nouveau.

Jin : Au début, je pensais que je pleurerais probablement de joie. Mais le ferais-je ? Je ne pense pas vraiment. Au début je pensais que je le ferai vraiment, mais maintenant je pense que j’aurai juste comme l’impression d’être rentré à la maison. Cela dépend à qui vous le demandez, mais je ne pense pas que la plupart des gens pleureraient juste parce qu’ils sont rentrés chez eux après être partis. Je pense que c’est ainsi que je me sens : comme si j’étais de retour là où je devais être.

A t’écouter, on dirait que le sentiment d’être aimé par tes fans est important pour toi, émotionnellement parlant.

Jin : Vous avez raison. Recevoir de l’amour de mes fans était ma source de bonheur – à quoi puis-je comparer ça ? Comme un enfant qui est toujours couvert d’amour par ses parents, mais dont les parents sont subitement partis en voyage d’affaires pour, genre, 10 mois. C’est un peu comme ça. J’ai toujours essayé de faire sourire nos fans, les faire se sentir bien, en ayant une attitude mignonne ; mais à présent que mes parents sont partis loin, pris par leur voyage d’affaires pour dix mois, c’est comme si j’essayais d’être mignon au travers d’un appel vidéo. C’est le sentiment que ça donne. Alors, s’il vous plaît, terminez le plus vite possible votre voyage d’affaires, et dépêchez-vous de rentrer à la maison, comme ça je pourrai vous montrer à quel point je suis toujours aussi mignon ! Et, à l’attention de la Covid-19: S’il te plaît, vas-t’en. (rires)